Saisie financière réduite pour le Rassemblement national

La cour d'appel de Paris a réduit à un million d'euros la saisie liée aux affaires des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires européens du RN. Mais le parti de Marine Le Pen conteste toujours le principe de saisie d'une aide publique par la justice et annonce son intention de saisir la cour de cassation.

FRANCE 3

Pour Marine Le Pen, le combat judiciaire n'est pas terminé. Dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires européens, le Rassemblement national ne devra renoncer qu'à un million d'euros sur les deux millions retenus. Mais le parti de Marine Le Pen n'en restera pas là. "Je pense que les magistrats se sont arrêtés au milieu du gué. Je pense que le problème vient du principe même de la saisie. Nous allons inscrire un pourvoi sur ce point", explique Rodolphe Bosselut, l'avocat de Marine Le Pen.

Le parti a bénéficié de 700 000 euros de dons

Le député RN Sébastien Chenu considère la décision de la cour d'appel comme une première victoire. "C'est un désaveu pour les juges politisés qui avaient pris une ordonnance outrancière." À l'Assemblée nationale, les adversaires de Marine Le Pen s'interrogent sur la méthode. "Tant qu'il n'y a pas de condamnation, il n'y a pas lieu de prendre une quelconque somme d'avance", juge Julien Aubert, député LR du Vaucluse. La situation financière du RN n'est pour l'instant pas catastrophique. L'appel aux dons pour compenser la saisie a atteint environ 700 000 euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège du Rassemblement national à Nanterre dans les Hauts-de-Seine.
Le siège du Rassemblement national à Nanterre dans les Hauts-de-Seine. (VINCENT ISORE / MAXPPP)