Cet article date de plus de deux ans.

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, convoqué devant la Cour de justice de la République

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, convoqué devant la Cour de justice de la République
Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, convoqué devant la Cour de justice de la République Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, convoqué devant la Cour de justice de la République (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - N. Perez, A. Lo Cascio, R. Laurentin
France Télévisions

Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, est convoqué par des juges de la Cour de justice de la République, vendredi 16 juillet. Il risque une mise en examen.

Éric Dupond-Moretti est soupçonné d’avoir utilisé sa fonction pour régler plusieurs différends avec des magistrats. Le ministre de la Justice est convoqué vendredi 16 juillet par des juges de la commission d'instruction de la Cour de justice de la République. Il y a sept ans, le parquet national financier avait épluché tous les relevés téléphoniques de l'actuel garde des Sceaux, dans une affaire liée à Nicolas Sarkozy. Alors qu'il avait porté plainte, Éric Dupond-Moretti retire cette dernière une fois qu'il est nommé ministre. Il aurait alors ordonné une nouvelle enquête contre ces magistrats, selon les syndicats et l'association qui le mettent en cause.

Une possible mise en examen

Une décision prise en toute transparence et selon son avocat Maître Christophe Ingrain, "personne n'a jamais appelé l'attention du cabinet du ministre ou du ministre sur un éventuel conflit d'intérêt". La deuxième accusation est celle d'être intervenu directement contre un juge d'instruction en poste à Monaco, et d'avoir ordonné une enquête contre lui. Le garde des Sceaux contestait ces plaintes en février dernier, mais la Cour de justice de la République peut le mettre en examen pour prise illégale d'intérêt, et peut également le placer sous statut de témoin assisté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.