En Hongrie, le Parlement adopte des mesures anti-LGBT, dont l'interdiction de l'adoption pour les couples de même sexe

La Constitution définit désormais la famille comme "fondée sur le mariage et la relation parents-enfants", où "la mère est une femme, le père est un homme".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le drapeau hongrois, en face du Parlement à Budapest, durant une cérémonie du jour de la fête nationale le 20 août 2020. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Le Parlement hongrois a adopté mardi 15 décembre plusieurs textes anti-LGBT. Parmi eux, l'un inscrit la notion traditionnelle de "genre" dans la Constitution et un autre interdit de facto l'adoption aux couples de même sexe. "La mère est une femme, le père est un homme", peut-on lire dans un amendement à la charte fondamentale, approuvé grâce au soutien des députés de la majorité, selon le site officiel de l'Assemblée.

Ce texte définit le sexe comme étant uniquement celui de la naissance, et ajoute : "L'éducation est assurée conformément aux valeurs fondées sur l'identité constitutionnelle et la culture chrétienne" du pays. Dans son argumentaire, le gouvernement justifie cet amendement par la nécessité de "protéger l'enfant contre les possibles interférences idéologiques ou biologiques" du monde occidental moderne.

Le changement de sexe déjà interdit depuis mai

Le Parlement a également voté une loi autorisant seulement les couples mariés à adopter des enfants, ce qui exclut les homosexuels, pour qui le mariage est interdit en Hongrie. Des dérogations à cette règle de l'adoption peuvent être accordées dans des cas exceptionnels, par exemple si un membre de la famille veut adopter l'enfant.

Depuis le mois de mai, il est déjà légalement interdit d'inscrire un changement de sexe à l'état civil dans ce pays d'Europe centrale, membre de l'Union européenne et dirigé par Viktor Orban, Premier ministre au pouvoir depuis dix ans sans interruption. Les différentes organisations internationales (ONU, Conseil de l'Europe, OSCE, UE) accusent régulièrement le chef du gouvernement de bafouer les valeurs européennes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.