Condamnation de Nicolas Sarkozy : un coup de tonnerre dans la classe politique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Condamnation de Nicolas Sarkozy : un coup de tonnerre dans la classe politique
France 3
Article rédigé par
P.Issa de Grandi, J.Assouly, J.-B.Marteau, B.Vignais, S.Thiebaut, A.Lo Cascio, H.Cardon, J.Cordier - France 3
France Télévisions

Nicolas Sarkozy a été condamné lundi 1er mars à trois ans de prison, dont un ferme, dans l'affaire dite des "écoutes". Après Jacques Chirac, c’est la deuxième fois qu’un ancien chef d’État français est condamné sous la Vème République, mais la première fois pour corruption. Un coup de tonnerre pour la droite.

Nicolas Sarkozy, ancien président et figure de la droite, a été condamné lundi 1er mars à trois ans de prison, dont un an ferme, dans l'affaire dite des "écoutes". C’est une première en France. Au siège des Républicains, c'était le choc. Christian Jacob, président du parti Les Républicains, n'hésite pas à remettre en cause le jugement, ainsi que l'existence du parquet national financier. 

Soutien de la droite

Sur les réseaux sociaux, sa famille politique lui adresse son soutien. "Je redis mon respect et mon amitié au Président Nicolas Sarkozy", tweete Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France. "Soutien indéfectible dans cette épreuve qui ne constitue qu’une étape dans un parcours judiciaire qui est loin d’être terminé", écrit Éric Ciotti, député et conseiller départemental des Alpes-Maritimes. La condamnation de Nicolas Sarkozy ne laisse personne indifférent. Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur alors en déplacement à Nîmes dans le Gard, lui a apporté son "soutien amical".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.