Cet article date de plus d'un an.

Dérogation permettant l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes : 69% des Français se disent contre, selon un sondage

Près de sept Français sur dix ne sont pas favorables à l'intention du gouvernement d'accorder une dérogation aux cultivateurs de betteraves à sucre, dont la production a chuté cette année, pour réutiliser un insecticide interdit depuis 2018, selon un sondage OpinionWay pour Générations Futures.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un agriculteur dans son champ à lliers-Combray (Eure-et-Loir), le 10 août 2020. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

69% des Français se disent contre la dérogation permettant l'utilisation d’insecticides néonicotinoïdes, révèle mardi 25 août un sondage OpinionWay pour Générations Futures. Le gouvernement souhaite autoriser les agriculteurs à les utiliser en 2021, pour faire face aux difficultés des producteurs de betteraves sucrières, alors que ceux-ci sont interdits en France depuis 2018. Ils sont considérés comme dangereux pour les pollinisateurs, notamment les abeilles. 

Près de 29% des sondés sont, quant à eux, favorables à la dérogation que le gouvernement envisage d’accorder aux betteraviers (agriculteurs spécialisés dans la culture de la betterave) qui leur permettrait d’utiliser des insecticides "néonicotinoïdes" pour les trois prochaines saisons agricoles.

La production de betteraves à sucre chute

La filière sucrière alerte depuis quelques semaines le gouvernement sur les pucerons verts qui envahissent leurs plantations. Ces insectes piqueurs-suceurs sont vecteurs de la jaunisse, un virus qui s'attaque aux betteraves. Elle entraîne une perte de rendements allant de 30% à 50%.

Dès 2021, le gouvernement veut à nouveau autoriser les agriculteurs à utiliser, sous "conditions strictes", des semences de betteraves enrobées de néonicotinoïdes. Le ministère de l'Agriculture souhaite obtenir cet automne une "modification législative" permettant de déroger à l'interdiction de 2018 jusqu'en 2023 au plus tard.

Avec 17 autres ONG, l'association de défense de l'environnement Générations Futures demande au ministre de l’Agriculture de revenir sur sa décision. Elle a lancé une pétition qui a récolté plus de 120 000 signatures.

Cette enquête OpinionWay pour Générations Futures a été réalisée par internet les 19 et 20 août 2020, sur un échantillon de 1 028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.