Crise du porc : appel solennel des éleveurs à Manuel Valls

Ils réclament une réunion d'urgence car ce jeudi 13 août, le marché au cadran de Plérin n'a pas repris.

FRANCE 2

Pour la filiale porcine, les jours passent et se ressemblent. Les deux principaux industriels, Bigard et la Cooperl, ont poursuivi leur boycott du marché au cadran de Plérin (Côtes-d'Armor). Ils refusent d'acheter la viande à 1,40 euro le kilo. Résultat, ce 13 août, aucun porc ne s'est vendu. Pour les éleveurs, la situation est extrêmement grave.

"Nous lançons un appel d'ici demain pour que la cotation se passe avec tous les opérateurs. Nous saurons nous rendre disponibles, quelle que soit l'heure, quel que soit le moment", déclare Michel Bloc'h, président de l'union des producteurs de viande.

Le ministre appelle au dialogue

60 000 porcs devaient être vendus ici ce matin. Ils sont finalement restés dans les élevages. "Les éleveurs sont en train de crever ! Il n'y aura plus d'éleveurs ! On est en train de mettre une filière par terre", s'énerve Jean-Pierre Bouette, éleveur à Guingamp.
 
Les groupes Bigard et la Cooperl représentent un tiers des achats de porcs en Bretagne. En conférence de presse, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a appelé tout le monde au dialogue sans annoncer de nouvelles mesures. Les éleveurs sollicitent désormais le Premier ministre, Manuel Valls, pour qu'il intervienne dans la crise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les porcs d\'un élevage de Plonéour-Lanvern (Finistère), le 11 avril 2015.
Les porcs d'un élevage de Plonéour-Lanvern (Finistère), le 11 avril 2015. (FRED TANNEAU / AFP)