Agression d'un boucher à Paris : le procès des deux militants antispécistes est renvoyé à une date ultérieure

Les deux prévenus ont demandé un délai pour préparer leur défense. 

De la viande dans une boucherie. (Illustration). 
De la viande dans une boucherie. (Illustration).  (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Le procès des deux militants antispécistes est renvoyé à une date ultérieure, a appris mardi 7 mai franceinfo. Les deux personnes devaient être jugées ce mardi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris mais ils ont demandé un délai pour préparer leur défense. Ils comparaissaient pour "violences" et "dégradation en réunion", pour avoir aspergé de faux sang l'étalage d'un boucher du marché couvert de Saint-Quentin, samedi 4 mai, dans le 10e arrondissement de Paris.

Ils regrettent leur geste et nient les faits de violence

Selon leur avocate, le jeune étudiant en licence de mathématiques âgé de 21 ans et sa compagne de 30 ans, sans emploi, regrettent d'avoir verser du faux sang sur le boucher et sur son stand. En revanche, ils contestent les faits de violence, se revendiquant militants antispécistes non violents.

L’artisan-boucher, qui affirme avoir été victime d’un coup de poing de la part des deux militants s'est vu prescrire sept jours d’Incapacité Temporaire de Travail (ITT) et une côte fêlée. Il s'est par ailleurs constitué partie civile avec deux autres personnes qui étaient également présentes sur le marché.