Référendum : les Grecs opposés à l'austérité exultent

Le référendum de dimanche sur les propositions des créanciers de la Grèce a vu le "non" l'emporter massivement.

FRANCE 3

Un non massif. Hier, dimanche 5 juillet, le peuple grec s'est prononcé, lors d'un référendum très attendu, contre les propositions des créanciers de leur pays englué dans une dette abyssale. Le "non", prôné par le Premier ministre Alexis Tsipras, a recueilli plus de 61% des suffrages.

Sur la place du Parlement grec, des milliers d'opposants à l'austérité ont fait la fête. "Ce résultat me remplit d'espoir pour l'avenir de mon pays. (...) Nous ne voulons pas être des esclaves", a déclaré une femme à France 3. "L'Europe doit désormais réaliser qu'elle doit changer sa position", a ajouté un opposant.

"Une nouvelle bataille"

Alexis Tsipras a lui assuré que ce vote était "un mandat pour renforcer les négociations vers une solution viable". Car en Grèce, tout le monde a conscience que ce référendum n'est pas la réponse miracle au naufrage économique. "C'est un premier pas vers une nouvelle bataille. Les choses sérieuses commencent maintenant", clame une opposante athénienne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des partisanes du \"non\" célèbrent leur victoire au référendum sur le plan des créanciers, le 5 juillet 2015, à Athènes (Grèce).
Des partisanes du "non" célèbrent leur victoire au référendum sur le plan des créanciers, le 5 juillet 2015, à Athènes (Grèce). (KUNIHIKO MIURA / YOMIURI / AFP)