Concurrence : pourquoi le poulet ukrainien connaît-il un gros succès ?

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
C’était une des sources de colère des agriculteurs qui ont bloqué les routes pendant deux semaines : la concurrence déloyale du poulet ukrainien. Il est vendu moins cher depuis la guerre à cause notamment de la suspension des droits de douane.
Concurrence : les dessous du poulet ukrainien C’était une des sources de colère des agriculteurs qui ont bloqué les routes pendant deux semaines : la concurrence déloyale du poulet ukrainien. Il est vendu moins cher depuis la guerre à cause notamment de la suspension des droits de douane. (France 2)
Article rédigé par France 2 - J. Van Hove, S. Perez, A. Girault-Carlier, C. Cormery, E. Martin, P. Miette, A. Da Silva
France Télévisions
France 2
C’était une des sources de colère des agriculteurs qui ont bloqué les routes pendant deux semaines : la concurrence déloyale du poulet ukrainien. Il est vendu moins cher depuis la guerre à cause notamment de la suspension des droits de douane.

Nous sommes au cœur de la campagne ukrainienne, loin des zones de combat. Dans des gigantesques hangars, des millions de poulets sont élevés en batterie chaque année. Au sud de Kiev, un village s’est développé grâce à cette industrie. Le groupe fait vivre plus de 30 000 familles. À la tête de celui-ci, un oligarque ukrainien. 697 000 tonnes de poulets en batterie produits l’an dernier, l’Union européenne a importé 203 000 tonnes de poulets ukrainiens en 2023 contre 130 300 en 2022, soit une augmentation de 56 %. La raison de ce succès ? Des droits de douane suspendus depuis le début de la guerre. Un poulet vendu moins de 2 euros le kilo, deux fois moins cher que le poulet de batterie français.  

Rétablir les droits de douane 

Mais comment ce poulet si bon marché est-il produit ? Une militante craint pour la santé des habitants de son village, dénonçant un mauvais usage des systèmes de filtration, ce qui a fait tomber malade plusieurs membres du village. Les conditions de travail sont également très difficiles, les salariés sont payés environ 400 euros par mois et les cadences sont dures à tenir. La commission européenne envisage de réduire les volumes importés, et de rétablir les droits de douane pour l’Ukraine. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.