Violences sexuelles dans le patinage : "Je suis un homme clean", se défend le président de la fédération Didier Gailhaguet

Roxana Maracineanu a demandé, lundi 3 février, à Didier Gailhaguet de démissionner de son poste. L'intéressé dit y "réfléchir".

Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, s\'adresse à la presse après un entretien avec la ministre des Sports, le 3 février 2020, à Paris.
Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, s'adresse à la presse après un entretien avec la ministre des Sports, le 3 février 2020, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"J'ai commis des erreurs, je n'ai pas fait de faute. Je suis un homme clean." Didier Gailhaguet a adressé une courte déclaration à la presse, lundi 3 février, à la sortie de son entrevue avec Roxana Maracineanu au ministère des Sports, au sujet du scandale des violences sexuelles dans le patinage. "Elle ne m'a pas écouté, et surtout ne m'a pas entendu", a déclaré le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), alors que la ministre lui demande de démissionner. Interrogé sur ses intentions, il a répondu : "on va réfléchir à tout ça", renvoyant à une conférence de presse, prévue mercredi à 14 heures.

Il charge "la ministre en poste au moment des faits"

Face aux micros et aux caméras, Didier Gailhaguet a affirmé qu'il n'avait pas connaissance de l'essentiel des faits révélés dans la presse. "J'ai découvert comme tout le monde la majorité de ces faits dans la presse et dans un livre la semaine dernière, a-t-il déclaré. Certains datent d'il y a 30 ans, bien avant que je devienne président de la fédération. D'autres m'ont été cachés." 

Concernant le sort de l'entraîneur Gilles Beyer, Didier Gailhaguet a renvoyé la responsabilité à "la ministre qui était en poste au moment des faits", Marie-George Buffet, qui a, selon lui, "laissé commettre ces exactions". L'une des victimes déclarées, Sarah Abitbol, avait aussi témoigné de l'inaction d'un autre ministre des Sports, Jean-François Lamour, en fonction entre 2002 et 2007. Didier Gailhaguet occupe le poste de président de la FFSG depuis 1998, hormis une parenthèse de 2004 à 2007. 

"C'est d'abord sur la parole des victimes qu'il faut se concentrer"

Sur Facebook, lundi soir, Marie-George Buffet a dit soutenir "pleinement" Roxana Maracineanu dans sa volonté de voir partir Didier Gailhaguet. "Monsieur Gailhaguet à sa sortie du ministère a cru bon de devoir faire diversion en portant des accusations aussi floues que sans éléments à mon encontre, a-t-elle écrit. Cette tentative malvenue montre un homme préférant s'accrocher à son poste plutôt que d'assumer ses responsabilités."

C'est d'abord sur la parole des victimes qu'il faut se concentrer, sur les moyens pour que cela ne se reproduise plus. Le reste est du brouillard pour échapper au fond de l'affaire.Marie-Georges Buffet, ancienne ministre des Sportssur Facebook

Avant de conclure : "Ces enquêtes et les divers témoignages concordent tous sur le fait que j'ai suspendu l'entraineur Gilles Beyer, diligenté une enquête administrative demandant expressément l'éloignement de cet entraîneur et transmis l'affaire au parquet."