Violences sexuelles dans le patinage : Roxana Maracineanu demande au président de la fédération de démissionner

Didier Gailhaguet est soupçonné d'avoir été informé dès 2000 des agissements d'au moins un des entraîneurs mis en cause par plusieurs patineuses. 

Le président de la Fédération des sports de glace, Didier Gailhaguet, le 7 février 2014 à Sotchi, en Russie.
Le président de la Fédération des sports de glace, Didier Gailhaguet, le 7 février 2014 à Sotchi, en Russie. (FRANCK FIFE / AFP)

"Un dysfonctionnement général existe au sein de la Fédération française des sports de glace", a déclaré la ministre des Sports. Roxana Maracineanu a demandé, lundi 3 février, à Didier Gailhaguet de démissionner de son poste de président de la fédération, après les témoignages de plusieurs anciennes patineuses, relayés par la presse, sur l'ampleur des violences sexuelles dans le milieu du patinage artistique.

Evoquant "des faits d'une gravité exceptionnelle", la ministre a estimé que Didier Gailhaguet ne pouvait "se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle". "Le nombre de faits et leur étalement dans le temps illustrent qu'au-delà des personnes citées, un dysfonctionnement général existe au sein de la Fédération française des sports de glace", a tranché la ministre, à l'issue de son entretien avec le dirigeant.

Plusieurs médias, dont L'Equipe (article payant) et L'Obs, ont publié, fin janvier, les témoignages édifiants de sportives de haut niveau. Les anciennes patineuses Hélène Godard, Anne Brunetaux, Béatrice Dumur et Sarah Abitbol y révèlent toutes avoir été victimes de violences sexuelles de la part de leurs entraîneurs. Elles dénoncent le silence coupable du milieu sportif, jusqu'au ministère.

"Je suis un homme clean"

A la sortie du ministère, Didier Gailhaguet s'est défendu en répondant aux questions des journalistes. "J'ai commis des erreurs, je n'ai pas fait de faute. Je suis un homme clean", a-t-il réagi. L'intéressé a refusé de répondre sur la question de son éventuelle démission. Il va "réfléchir à tout ça", dit-il, et promet des réponses plus détaillés dans une conférence de presse fixée mercredi 5 février à 14 heures, au siège de la la Fédération des sports de glace.

Didier Gailhaguet est personnellement soupçonné d'avoir maintenu l'entraîneur Gilles Beyer, alors que des parents avaient informé la fédération d'"incidents" l'impliquant, en 2000.