Meurtre de Magali Blandin : l’enquête qui a mené aux aveux de Jérôme Gaillard

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Meurtre de Magali Blandin : l’enquête qui a mené aux aveux de Jérôme Gaillard
FRANCEINFO
Article rédigé par
F. Nahon, M. Sicard-Cras, T. Bouilly, G. Le Morvan, France 3 Bretagne, P. Brame - franceinfo
France Télévisions

Un mois après la disparition de Magali Blandin, en Ille-et-Vilaine, son mari, en instance de divorce, est passé aux aveux le 20 mars, reconnaissant l’avoir assassinée. Le point sur les dernières révélations.

Vive émotion à Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine, où résidait Magali Blandin, mère de quatre enfants, disparue depuis un mois. Placé en garde à vue, son mari, Jérôme Gaillard, a reconnu l’avoir assassinée, vendredi 20 mars. De nombreux habitants de la commune avaient participé aux battues pour la retrouver. "On se dit que ça se passe toujours ailleurs, et en fait, c’est arrivé chez nous. On est très choqués par le dénouement de l’affaire", témoigne un homme. Magali Blandin et Jérôme Gaillard étaient en instance de divorce au moment des faits. Ce dernier est passé aux aveux, expliquant l’avoir attendue devant chez elle.

Un assassinat prémédité depuis l’automne 2020

"Il lui a asséné un violent premier coup de batte de baseball, puis un second pour s’assurer de son décès, avant de revenir dans l’appartement la nuit suivante afin d’effacer méticuleusement les traces de son crime", a précisé Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes (Ille-et-Vilaine). Jérôme Gaillard a mené les enquêteurs dans un bois à proximité de son logement. Il leur a indiqué l’endroit où il avait enterré le corps. Dès l’automne 2020, l’homme aurait eu l’intention de commanditer l’assassinat de sa femme. Cinq mois avant sa mort, Magali Blandin avait déposé une plainte pour violences conjugales, classée sans suite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.