Affaire Adrien Quatennens : une plainte a été déposée par son épouse le 26 septembre

Céline Quatennens avait déjà déposé deux mains courantes contre le député La France insoumise pour des violences conjugales et des faits de harcèlement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Adrien Quatennens, député La France insoumise, à l'Assemblée nationale, le 3 août 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

Une plainte contre Adrien Quatennens a été déposée le lundi 26 septembre par son épouse, Céline Quatennens, a appris lundi 3 octobre franceinfo de source proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. Elle avait déjà déposé deux mains courantes contre le député.

>>> Violences conjugales : cinq questions sur l'affaire Adrien Quatennens, qui embarrasse La France insoumise

Le mois dernier, le parquet de Lille avait ouvert une enquête pour violences conjugales contre le député La France insoumise juste après avoir eu connaissance de la première main courante déposée par Céline Quatennens et révélée le 13 septembre dernier par Le Canard enchaîné.

"Des textos en très grand nombre" 

Le 18 septembre, Adrien Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France insoumise "pour protéger le mouvement". Dans un communiqué, il reconnaissait alors avoir, au cours de différentes disputes, "donné une gifle" à son épouse, lui avoir "saisi le poignet", "pris son téléphone portable", ou encore "envoyé de trop nombreux messages".

Le 24 septembre dernier, Céline Quatennens avait déposé une seconde main courante au commissariat de Lille pour signaler que, depuis les faits initiaux, son mari lui envoyait des textos en très grand nombre. Adrien Quatennens a été entendu lundi 26 septembre en audition libre au commissariat de Lille. De source proche du dossier, le député a reconnu avoir donné une gifle à son épouse, l'avoir poussée contre un mur et lui avoir envoyé de nombreux SMS.

"Cette plainte n'a aucune incidence sur la procédure actuelle puisqu'elle intervient dans le cadre d'une enquête préliminaire déjà en cours et se borne à reprendre les éléments contenus dans les deux mains courantes sans ajouter d'élément nouveau", réagit ce lundi l'avocate d'Adrien Quatennens, Jane Dousselin, dans un communiqué envoyé à franceinfo. "Une nouvelle fois nous ne pouvons qu'appeler de nos vœux le respect des principes judiciaires de présomption d'innocence et de secret de l'enquête pour permettre à la Justice de faire son travail sereinement", écrit-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.