Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Salon de l'agriculture : Emmanuel Macron vivement interpellé par un militant écologiste

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Un militant du collectif "Dernière rénovation" a exhorté le président à "écouter les rapports scientifiques" sur le changement climatique, le 25 février 2023.
"On ne peut plus demander gentiment" : Emmanuel Macron vivement interpellé par un militant écologiste au Salon de l'agriculture Un militant du collectif "Dernière rénovation" a exhorté le président à "écouter les rapports scientifiques" sur le changement climatique, le 25 février 2023. (AFP)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Un activiste du collectif Dernière rénovation a exhorté le président à "écouter les rapports scientifiques" sur le changement climatique.

"Vous êtes la démonstration d'une forme de violence civique." Un vif échange a opposé un militant écologiste du collectif Dernière rénovation à Emmanuel Macron, samedi 25 février, lors de la déambulation du président de la République au Salon de l'agriculture. Le jeune homme, qui arborait un t-shirt barré de la mention "A quoi tu sers?", a interpellé le chef de l'Etat en l'appelant à "écouter les rapports scientifiques" sur le changement climatique.

>> Suivez en direct la journée d'ouverture du Salon de l'agriculture avec franceinfo

"Je suis là pour vous dire qu'on n'arrêtera pas, parce qu'on n'en peut plus de demander gentiment. Entendez-ça, sinon ça va être terrible. J'ai fini ce que j'avais à dire", a lancé le militant écologiste en pointant son index sur le président, mais en refusant d'écouter sa réponse. "On vous a déjà entendu !", s'est-il justifié.

"Vous êtes la démonstration d'une forme de violence civique", lui a alors rétorqué Emmanuel Macron, en l'interrogeant : "Je suis élu par le peuple français, vous êtes élu par qui ?". Le chef de l'Etat a déploré l'absence de discussion. "Ce n'est pas un débat !", a insisté l'activiste. "Et ben alors, partez, si ce n'est pas un débat !", lui a répondu le président de la République.

"Je n'aime pas tellement l'interpellation sans le débat"

Alors que le jeune homme a promis de "ne pas se laisser faire", en faisant valoir que "c'est la vie de (sa) petite sœur qui (était) en jeu", Emmanuel Macron l'a repris en évoquant "la vie des agriculteurs, c'est la vie de nos compatriotes". Encore interpellé sur "la rénovation thermique des bâtiments", Emmanuel Macron a répondu : "C'est ce qu'on fait !"

"Je veux bien vous répondre, mais vous n'avez pas le courage et la cohérence d'écouter une réponse. Ça vous ressemble, et ça, ça ne sert à rien !", a conclu le chef de l'Etat, avant de faire remarquer, quelques minutes plus tard : "Moi, j'accepte de me faire engueuler, de me faire bousculer, mais je n'aime pas tellement l'interpellation sans le débat".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.