Un important réseau de "campagnes-éclair de vols à la tire" démantelé

Les voleurs à la tire ciblaient des touristes sur des durées très courtes dans toute l'Europe. Le réseau exploitait des dizaines de mineurs bulgares.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le siège de la police judiciaire à Paris, le 22 septembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

La police judiciaire parisienne (DRPJ) a démantelé un important réseau de vol et de recel exploitant des dizaines de mineurs et de jeunes adultes bulgares, a appris franceinfo de sources concordantes mardi 6 octobre. Animés par quatre chefs de clans roms, ce réseau organisait des campagnes-éclair de vols à la tire dans des grandes zones touristiques à travers toute l’Europe.

Selon les enquêteurs de la Brigade de protection des mineurs de Paris en lien avec Europol, les équipes de jeunes voleurs étaient convoyés par la route dans des grandes capitales comme Londres, Athènes, Rome, Berlin, ou encore Paris, pour voler les touristes sur des durées très courtes avant de quitter les territoires visés. “La brièveté et la distance entre ces opérations brouillaient les pistes pour les différentes forces de police concernées”, a constaté une source policière parisienne.

Une enquête pour traite d'être humains

Après des écoutes téléphoniques et des surveillances sur le terrain, dix individus de nationalité bulgare, dont un présumé chef de clan rom, ont été interpellés fin septembre par la Brigade de protection des mineurs (BPM) de Paris et la GIR 75 (groupe d’intervention régional) en Ile-de-France (Seine-Saint-Denis, Val de Marne, Paris). Ils ont été déférés et incarcérés dans le cadre d’une vaste enquête pour "travail illégal et traite d'êtres humains, vol et recel en bande organisée, association de malfaiteurs et blanchiment" ouverte par la juridiction interrégionale spécialisée de Paris (JIRS). Lors des perquisitions, les policiers de la DRPJ ont également saisi deux berlines, 33 000 euros en espèce, une vingtaine de téléphones portables volés, des cartes pré-payés et de fausses cartes d’identités françaises.

1 000 euros par jour et par voleur

Rien qu’à Paris, la Brigade de protection des mineurs a pu caractériser au moins 108 faits de vols à la tire commis par des mineurs ou de jeunes adultes principalement à l’encontre de touristes et dans les transports en commun. Des espèces, des téléphones, et des bijoux étaient principalement volés. 

Le préjudice total est difficile à estimer. Selon les enquêteurs, chaque mineur rapportait en moyenne 1 000 euros par jour. En France, le produit de leur vol était écoulé à un receleur parisien connu des services de police. L’argent était aussitôt investi et blanchi en Bulgarie, notamment dans l’achat immobilier.

La traite des êtres humains, en particulier des mineurs, reste l’une des forme de trafic les plus rémunératrices après le trafic de stupéfiants et le trafic d'armes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.