La Bretagne et la Côte d'Opale plébiscitées pour des vacances de la Toussaint loin des villes et du virus

Alors que les restrictions sanitaires pour lutter contre le Covid-19 sont de plus en plus contraignantes dans les grandes villes, les citadins optent pour des vacances au grand air et sans masque en bord de mer. 

France Télévisions

C'est une saison où, en temps normal, les plages sont vides. Mais dans une France où les habitants des grandes villes font face à des restrictions sanitaires de plus en plus contraignantes dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19, de nombreux citadins choisissent d'aller prendre l'air en bord de mer pour ces vacances de la Toussaint qui ont débuté samedi 17 octobre, soit en même temps que le couvre-feu imposé dans huit métropoles et en Île-de-France. 

"La campagne nous manque, l'air frais nous manque, donc dès qu'on peut on s'en va dans la nature et en Bretagne, on n'est pas déçus", explique cette Francilienne en promenade au cap Fréhel dans les Côtes-d'Armor. 

Si la fréquentation des littoraux français est en hausse pour ces vacances de la Toussaint, c'est aussi un casse-tête pour les professionnels du tourisme. Les séjours sont en effet réservés à la dernière minute, ce qui complique la tâche des hôteliers ou des opérateurs. De nombreux Français partent aussi chez des amis ou de la famille ou dans leur logement secondaire.

L\'eau de la mer est fraîche à la Toussaint, mais cela n\'empêche pas les Français de partir sur les plages pour prendre l\'air, loin des restrictions sanitaires imposées dans les métropoles.
L'eau de la mer est fraîche à la Toussaint, mais cela n'empêche pas les Français de partir sur les plages pour prendre l'air, loin des restrictions sanitaires imposées dans les métropoles. (France Télévisions)