Stupéfiants, "séparatismes", chiffres de la sécurité... Les chantiers de la sécurité sur la table du séminaire gouvernemental

Les ministres abordent mecredi le thème de la sécurité au quotidien, dont les volets avaient été précisés en début de semaine dans un entretien au Parisien

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin  et sa ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, s'expriment sur la "menace terroriste" à la Direction générale de la sécurite intérieure à Paris, le 31 août 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN /AFP)

Frapper au portefeuille le trafic de stupéfiants, multiplier les indicateurs sur la sécurité, lutter contre le "séparatisme"... Le gouvernement se penche sur les questions de la sécurité au quotidien lors du séminaire de rentrée, mercredi 9 septembre.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et sa ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa avaient livré dans l'édition du lundi 7 septembre du Parisien leurs priorités dans le domaine de la sécurité, l'un des sujets qui pourrait être un enjeu central de la présidentielle de 2022. Voici les chantiers sur lesquels le gouvernement va se focaliser.

La lutte contre le trafic de stupéfiants 

Pour Gérard Darmanin, la lutte contre le trafic de stupéfiants est "indéniablement" la "première priorité" de l'exécutif. Celle-ci devrait donc figurer largement au menu du séminaire gouvernemental qui se tiendra mercredi 9 septembre. "Il faut s'occuper de tous les trafics. Des gros réseaux jusqu'au bout de la chaîne, c'est-à-dire le consommateur. Il faut sanctionner tout le monde, y compris dans les beaux quartiers de Paris", explique-t-il dans Le Parisien.

L'idée consiste notamment à frapper au portefeuille les consommateurs. Le ministre de l'Intérieur juge "très probante" l'expérimentation de l'amende forfaitaire de 200 euros pour détention de stupéfiants mise en œuvre dans quelques villes et généralisée le 1er septembre à tout l'Hexagone. Il souhaite que ce même système d'amendes soit mis en place pour d'autres faits tels que "l'occupation illégale des halls d'immeubles" ou "la vente à la sauvette de cigarettes". Il envisage également "une saisie sur salaire ou sur le compte bancaire des contrevenants qui ne payent pas l'amende".

La communication des chiffres sur la sécurité

Dans Le Parisien, Gérald Darmanin et Marlène Schiappa annoncent aussi qu'ils feront "un point-presse mensuel", à partir d'octobre, pour "communiquer l'ensemble des résultats" des services en charge de la sécurité. Ce point-presse portera sur six aspects : "la lutte contre les stupéfiants, les chiffres des violences conjugales, intrafamiliales et sexuelles, les heures de patrouilles pédestres sur la voie publique des gendarmes et des policiers, celles dans les transports publics également, le nombre de dérives sectaires signalées, et aussi le thème de l'immigration et de l'asile", détaille le ministre de l'Intérieur.

Un texte de loi contre "les séparatismes"

Marlène Schiappa annonce de son côté que la loi sur les "séparatismes" est en train d'être "finalisée". Ce texte comprendra notamment la création "d'un contrat d'engagement sur la laïcité" pour les associations et la pénalisation des certificats de virginité. Il permettra également d'"accélérer la naturalisation des personnes de nationalité étrangère en première ligne lors du confinement", selon la ministre déléguée à la Citoyenneté. "Aucun élu ne pourra prendre de dispositions pour favoriser l'inégalité entre les femmes et les hommes", complète Gérald Darmanin.

Le Premier ministre, Jean Castex, avait déclaré le 15 juillet qu'un projet de loi "contre les séparatismes" serait présenté dès la rentrée. Evoquant la nécessité de défendre la laïcité et ciblant explicitement "l'islamisme radical sous toutes ses formes", le chef du gouvernement avait expliqué que le texte viserait à "éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenances ethniques ou religieuses"

L'interdiction du gaz hilarant à l'étude

Parmi les autres mesures envisagées par le duo de la place Beauvau, l'interdiction de l'usage du protoxyde d'azote, parfois utilisés de façon détournée par des jeunes en raison de son effet euphorisant. Gérald Darmanin entend aussi "diligenter une mission" pour réfléchir à comment encadrer la vente de mortiers de feu d'artifice parfois utilisés pour tirer sur les forces de l'ordre.

Un déplacement sur les agressions de chevaux

Enfin, alertés par le nombre grandissant des agressions commises sur des équidés cet été, les ministres de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et de l'Agriculture, Julien Denormandie, vont se déplacer lundi 7 septembre dans l'Oise, un département où plusieurs cas de mutilations ont été signalés. On ne sait pas encore si des mesures spécifiques vont être annoncées sur ce sujet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.