Cet article date de plus de quatre ans.

Eglise catholique : cinq affaires de pédophilie ou d'agressions sexuelles qui inquiètent le cardinal Barbarin

Plusieurs prêtres du diocèse de Lyon sont mis en cause. Le cardinal est accusé, par des plaignants, de ne pas avoir dénoncé les actes des religieux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La cardinal Philippe Barbarin, le 25 mars 2016, dans la cathédrale Saint-Jean de Lyon. (CITIZENSIDE/FRANCK CHAPOLARD / CITIZENSIDE / AFP)

Le diocèse de Lyon et le cardinal Barbarin sont touchés par plusieurs affaires de pédophilie depuis le début de l'année. Un nouveau prêtre lyonnais est soupçonné d'agressions sexuelles, a-t-on appris jeudi 31 mars, au lendemain d'une perquisition au sein des locaux de l'archevêché de Lyon. Francetv info fait le point sur les affaires en cours.

>> Lire aussi : Pédophilie : l'Eglise catholique française a-t-elle pris le problème à bras-le-corps ?

Des agressions pédophiles sur des scouts à la fin des années 1980

Le prêtre Bernard Preynat a été mis en examen le 27 janvier pour des agressions pédophiles commises sur des scouts de la région lyonnaise entre 1986 et 1991. En garde à vue, il a également avoué des viols pour lesquels il a été placé sous le statut de témoin assisté. L'enquête a été ouverte après la plainte d'une victime en 2015, suivie par d'autres, certaines ayant été écartées par la justice pour un problème de prescription, les faits étant trop anciens.

Le cardinal Barbarin a dit avoir été mis au courant, par un tiers, des agissements du religieux vers 2007-2008 et l'avoir interrogé à l'époque. Après avoir rencontré cette fois une victime en 2014, et pris l'avis de Rome, il a relevé Bernard Preynat de ses fonctions de prêtre en mai 2015. Dans cette affaire, Philippe Barbarin est visé par quatre plaintes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Le parquet de Lyon a ordonné une enquête.

Une autre affaire de pédophilie au début des années 1990

Un homme devenu haut responsable du ministère de l'Intérieur avait porté plainte en 2009 contre un religieux, l'accusant d'actes pédophiles à son encontre au début des années 1990. Plainte classée sans suite pour un problème de prescription. Il a de nouveau porté plainte en février, mais cette fois contre le cardinal Barbarin, auquel il reproche de ne pas avoir éloigné le prêtre de son diocèse. La plainte vise des faits de "mise en danger de la vie d'autrui et provocation au suicide".

Le plaignant dit avoir rencontré le cardinal Barbarin en 2009. Ce dernier était au courant des faits mais, selon lui, il s'abritait derrière la prescription pénale. "Il n'a rien fait pour protéger les autres enfants, il a laissé [le père Preynat] en place", dénonce-t-il. La justice a ordonné une nouvelle enquête préliminaire. Le prêtre a finalement été relevé de ses fonctions mi-mars alors qu'il officiait dans une église du 3e arrondissement de Lyon.

Un prêtre condamné pour des agressions sexuelles en 2007

Un autre prêtre, aujourd'hui âgé de 55 ans, a été condamné en 2007 à 18 mois de prison avec sursis à Rodez (Aveyron) pour des agressions sexuelles sur des séminaristes âgés de 19 à 34 ans. Depuis, il a été nommé dans le diocèse de Lyon, après avis du juge d'application des peines. Il y exerçait jusqu'à mi-mars des responsabilités de formation, sans contact avec des jeunes, selon le porte-parole des évêques de France. Ce dernier a fait valoir que ce cas n'avait "rien à voir" avec un scandale de pédophilie.

Un autre prêtre condamné pour des agressions sur des jeunes filles

Le prêtre Guy Gérentet de Saluneaux, 81 ans, a été condamné à deux ans de prison avec sursis, le 12 février, par le tribunal correctionnel de Lyon. Il a été jugé pour des agressions sexuelles commises sur huit jeunes filles entre 1989 et 2000. Réputé membre des milieux traditionalistes de l'Eglise catholique, militant anti-avortement actif, il a longtemps exercé au sein de la paroisse de la Trinité (8e arrondissement) avant d'en être écarté vers 2001. Une jeune femme l'avait alors dénoncé pour des faits de "maltraitance".

Mais ce n'est que neuf ans plus tard que le père Gérentet est rattrapé par la justice lyonnaise. Il est mis en examen le 23 septembre 2010. Dès 2003-2004, une autre victime avait contacté le cardinal Barbarin, déjà en poste à Lyon, qui l'avait reçu à plusieurs reprises.

Une agression sexuelle sur une jeune femme

Le parquet de Lyon a ouvert, fin mars, une enquête préliminaire sur un nouveau prêtre soupçonné d'agressions sexuelles sur une femme. Le suspect officie dans une église du 2e arrondissement de Lyon. Il avait déjà été la cible d'une enquête par le passé, mais la plainte de la jeune femme avait été classée en 2006, selon le site internet M6 Info.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.