Burkini : la décision du Conseil d'Etat fait réagir la classe politique

Suite à la décision du Conseil d'État qui autorise le port du burkini sur la plage, les réactions politiques fusent. À gauche, la décision divise et à droite, certains appellent à modifier la loi.

France 2

Au gouvernement, une très brève réaction après la cacophonie d'hier. Seul le ministre de l'Intérieur s'exprime par communiqué pour appeler chacun à l'apaisement. Au parti socialiste, là aussi, un communiqué laconique prenant acte de la décision du Conseil d'État. On joue la discrétion du côté de la rue de Solférino.

La gauche de la gauche se réjouit comme Cécile Duflot, députée Europe Écologie Les Verts, qui appelle à tourner la page.

La droite demande une loi

À droite, Jean-François Copé annonce le dépôt d'une proposition de loi pour interdire le burkini. Une positon partagée par les proches de Nicolas Sarkozy, à l'image de Christian Estrosi, président les Republicains du Conseil régional de PACA, qui interpelle le Premier ministre. Seule voix discordante chez Les Républicains : Alain Juppé. Il est opposé à une loi de circonstance.

Au Front national, on réclame le vote d'une loi tout en critiquant l'appréciation du Conseil d'État. Seulement une trentaine d'arrêtés anti-burkini, mais un débat politique loin de se terminer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 22 août 2016, à Paris. 
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 22 août 2016, à Paris.  (JULIEN MATTIA / NURPHOTO)