Prison : l'alternative du bracelet électronique

En France, 10 700 personnes sont équipées d'un bracelet électronique. Retour sur cette liberté très limitée qui permet malgré tout aux personnes condamnées de garder leurs repères.

FRANCEINFO

Le bracelet électronique permet d'éviter l'incarcération, il est proposé à des personnes condamnées à de courtes peines. Il propose une liberté très contrainte; l'interdiction de sortir de chez soi en dehors de certains horaires."Après un mois, ça a été très difficile, on ne sort pas les dimanches, ni les jours fériés", explique un homme qui a connu cette expérience.

Garder le contact avec la société

Le bracelet permet de désengorger les prisons, mais aussi d'éviter aux condamnés une rupture sociale lourde de conséquences. "L'intérêt, c'est de rester inséré, de garder son emploi et, une fois la peine purgée, de continuer sa vie normalement. Il s'agit de garder ses repères, son emploi et son logement, de ne pas se couper de la société", précise Céline Parisot, de l'Union Syndical de de la Magistrature. En France, 10 700 personnes sont équipées d'un bracelet électronique. 

Un homme porte un bracelet électronique, à Bern, en Suisse, le 26 novembre 2009. 
Un homme porte un bracelet électronique, à Bern, en Suisse, le 26 novembre 2009.  (MICHAEL BUHOLZER1 / REUTERS)