Nuit debout : l'interdiction en question

En direct de la place de la République à Paris, Anne-Charlotte Hinet revient sur la multiplication des débordements ces derniers jours.

France 2

Depuis quelques jours, les débordements en marge du mouvement Nuit debout se multiplient, avec à chaque fois plus de violences. Le préfet de police a tenu ce samedi 16 avril au matin une conférence de presse dans laquelle il est revenu sur ces violences.

Respecter l'horaire

"Il a rappelé que ces débordements, ces affrontements avec les forces de l'ordre étaient le fait de petits groupes de casseurs et non pas des participants à la Nuit debout", rapporte Anne-Charlotte Hinet, en direct de la place de la République. Et d'ajouter : "Il a tout de même appelé les organisateurs de la Nuit debout à prendre leur responsabilité. Il doit d'ailleurs les rencontrer dans l'après-midi. En clair, il leur demande de respecter leurs engagements, notamment sur l'horaire auquel ils sont censés quitter la place, environ une heure du matin, afin de ne pas permettre aux casseurs de profiter de la foule sur la place de la République pour commettre leurs exactions et passer à l'acte."

Le JT
Les autres sujets du JT
Environ 150 personnes s\'en sont prises aux forces de l\'ordre en marge de la Nuit debout à Paris, le 16 avril 2016, à l\'aube. 
Environ 150 personnes s'en sont prises aux forces de l'ordre en marge de la Nuit debout à Paris, le 16 avril 2016, à l'aube.  (FRANCE 2)