Scandale Uramin : Anne Lauvergeon met en cause Claude Guéant

Anne Lauvergeon a été mise en examen, vendredi, dans une des enquêtes sur le rachat d'Uranim par Areva. Selon "Le Journal du Dimanche", elle a pointé la responsabilité de l'ancien secrétaire général de l'Elysée, lors de son audition devant les juges.

L\'ancienne patronne d\'Areva ans le VIIIe arrondissement à Paris, le 30 mars 2016.
L'ancienne patronne d'Areva ans le VIIIe arrondissement à Paris, le 30 mars 2016. (MAXPPP)

L'ancienne patronne d'Areva contre-attaque. Anne Lauvergeon a été mise en examen vendredi 13 mai, dans l'une des enquêtes sur les zones d'ombre entourant le rachat d'Uramin en 2007. Elle est poursuivie pour présentation et publication de comptes inexacts, ainsi que pour diffusion de fausses informations. Lors de son audition devant les juges, vendredi, "Atomic Anne" a livré une autre "grille de lecture" de l'affaire en pointant du doigt notamment Claude Guéant alors secrétaire général de l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, révèle le JDD, dimanche 15 mai. Francetv info revient sur ces révélations.

Pourquoi Anne Lauvergeon est-elle poursuivie dans cette affaire ?

Les juges lui reprochent d'avoir présenté des comptes inexacts pour Areva, en 2010 et 2011, pour masquer des dépréciations d'actifs liées à l'acquisition de mines d'uranium pour 1,7 milliard d'euros. Les mines en question, situées principalement en Namibie, en Centrafrique et en Afrique du Sud, se sont révélées peu rentables, voire inexploitables. Fin 2011, après le départ de sa patronne, Areva avait fini par annoncer de lourdes pertes.

Le parquet reproche également à Anne Lauvergeon de ne pas avoir écouté les avertissements de Sébastien de Montessus et Nicolas Nouveau, les directeurs et directeurs financiers de la branche mines d'Areva. Ces derniers réclamaient d'importantes dépréciations sur le rachat d'Uramin. 

Quelle est sa défense ? 

Anne Lauvergeon s'appuie sur l'audition de l'ancien directeur financier du groupe Alain-Pierre Raynaud qui accuse la direction des mines de ne pas "avoir été à la hauteur" et de "ne pas avoir proposé de solution industrielle" mais seulement "comptables".  Pour preuve, selon lui, une des mines d'Afrique du Sud, revendue en 2013 à l'entreprise Peninsula, a été ensuite exploitée avec succès. 

Anne Lauvergeon a donc repris cet argumentaire devant les juges. "En février, Peninsula a annoncé avoir découvert 25 000 tonnes d'uranium et peut-être dix fois plus", a-t-elle insisté. L'ancienne PDG d'Areva continue donc d'assumer sa stratégie industrielle.

Pourquoi pointe-t-elle Claude Guéant ?

Et ce n'est pas son seul argument de défense. Selon Le JDD, Anne Lauvergeon a également affirmé aux juges avoir pris connaissance, dans le dossier judiciaire, d'une note confidentielle évoquant des échanges secrets entre Sébastien de Montessus, le directeur de la branche mines d'Areva, et Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée.

"Dans ces documents, il aurait été question, dans le dos, de la direction d'Areva, d'un projet de filialisation de la branche mines d'Areva, puis d'une introduction en Bourse, pour une privatisation", écrit Le JDD. Selon Anne Lauvergeon, cette manœuvre visait à "faire entrer les Qataris".  En clair, les dépréciations exigées par la branche mines, dirigée par Sébastien de Montessus, auraient permis de vendre la filiale plus facilement et surtout moins cher aux Qataris. Les hommes mis en cause par Anne Lauvergeon ne se sont pas exprimés sur ces accusations.