Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Ces groupes d'extrême-droite qui menacent La manif pour tous

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

A la veille de la manifestation parisienne contre le mariage pour tous, des mouvements radicaux font, plus que jamais, craindre des débordements.

Les autorités tablent sur la présence de 150 à 200 000 manifestants, dimanche 26 mai à Paris pour la nouvelle manifestation des opposants au mariage pour tous. Parmi eux, des groupes d'extrême-droite qui affichent un position plus intransigeante que le collectife La Manif pour tous. Leur présence fait craindre des débordements. Quelque 4 500 policiers et gendarmes devraient donc être déployés pour encadrer les manifestants. Un millier de plus que lors de la grande manifestation nationale du 24 mars émaillée de quelques incidents près des Champs-Elysées.

La nébuleuse du Printemps français est en première ligne dans les rangs de ces radicaux. En conflit ouvert avec la Manif pour tous de Frigide Barjot, elle a publié mardi un communiqué virulent appelant à "une nouvelle résistance". Elle s'en  est aussi pris à mots couverts à l'UMP, désormais "dans le camp ennemi", coupable de "collaboration avec le pouvoir idéologique, en affirmant faussement que la loi Taubira ne pourra pas être abrogée".

Une "envie d'en découdre" pour ce "baroud d'honneur"

Autre "inquiétude" du ministre de l'Intérieur anuel Valls, selon son entourage : des "groupes radicaux d'extrême droite" souhaiteraient "venir en nombre", "non pour manifester mais pour créer l'affrontement et le désordre". "Sur les 37 dernières manifestations représentatives, 28 ont été infiltrées par l'extrême droite", affirme à l'AFP une source proche du dossier qui cite l'Action française, les Jeunesses identitaires, le Gud, Troisième Voie, Terre et Peuple ou encore les Jeunesses nationalistes. Ces ultras, qui pourraient être quelques centaines, auront "envie d'en découdre" pour ce "baroud d'honneur", selon une source policière.

D'autant que le suicide dans Notre-Dame de l'écrivain Dominique Venner, figure intellectuelle d'extrême droite et opposant au mariage homosexuel, a renforcé la détermination de certains militants de ces cercles. Très actives à Lyon, les Jeunesses nationalistes d'Alexandre Gabriac appellent à manifester pour dire "non" à un "système qu'il faut abattre" et demandent à chacun "de choisir son camp : celui du système, ou celui de la patrie". Les catholiques intégristes de Civitas assument également cette radicalisation. Ils organiseront leur propre défilé contre "les ennemis du mariage, de la famille, de la France"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.