Cet article date de plus de huit ans.

Les partisans du mariage pour tous n'ont jamais été aussi nombreux

Selon un sondage de l'Ifop, 66% des Français estiment que les couples homosexuels doivent avoir le droit de se marier. En revanche, l'adhésion à l'ouverture de l'adoption aux couples homosexuels recule, à 47%.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants sont rassemblés à Lyon (Rhône) pour soutenir l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, le 26 janvier 2013. (AFP PHOTO / JEFF PACHOUD)

Les opposants au mariage pour tous ont visiblement manqué leur coup. A mesure que les débats avancent sur cette question clivante, de plus en plus de Français se déclarent favorables au projet de loi actuellement examiné au Parlement. Selon un sondage Ifop publié par le site Atlantico*, vendredi 8 février, 66% des Français estiment que les couples homosexuels doivent avoir le droit de se marier. Un niveau jamais atteint depuis 1995.

Les électeurs UMP de plus en plus favorables

L'adhésion à cette mesure augmente fortement chez les sympathisants de gauche et atteint 86% (+7 points par rapport à début janvier), mais aussi – plus surprenant – chez les sympathisants de l'UMP (+ 12 points par rapport à début janvier). Désormais, 45% des électeurs UMP sont favorables à cette mesure.

En revanche, l'adhésion à l'ouverture de l'adoption aux couples homosexuels recule de deux points par rapport à fin janvier. 47% des Français y sont favorables. Dans le détail, 69% des sympathisants de gauche estiment que les couples de même sexe devraient avoir le droit d'adopter des enfants, alors que seuls 24% des sympathisants de droite y sont favorables. 

*Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne, du 4 au 6 février 2013, auprès d'un échantillon de 959 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.