Cet article date de plus de neuf ans.

La Manif pour tous continue son combat en chansons

Pour motiver ses troupes, le collectif qui lutte contre le mariage pour tous a mis en ligne un hymne électro. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des drapeaux de La Manif pour tous lors de la mobilisation du 21 avril 2013, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Après l'adoption définitive du mariage pour tous, les opposants à la loi font tout pour ne pas relâcher la pression. Des veillées nocturnes quotidiennes sont organisées à Paris et dans plusieurs grandes villes de province, un sit-in autour du mouvement des Mères veilleuses (qui lisent des textes et chantent des chansons sur le Champ-de-Mars à Paris) est prévu le 5 mai, et La Manif pour tous a programmé une manifestation nationale, le 26 mai.

Pour motiver ses troupes, le collectif, en pointe dans la lutte contre le mariage des homosexuels, s'est doté d'un hymne. Publiée sur le site de La Manif partout (un collectif dérivé de La Manif pour tous), la chanson reprend les principaux slogans des précédentes mobilisations : "François, ta loi, on n'en veut pas. Tous les Français sont mobilisés (...) Les familles sont là, on ne lâche rien !", ou encore "Un père, une mère, c'est complémentaire. Deux pères, deux mères, finis les repères". Sur des rythmes électros, un interprète déclame ces cris de ralliement. 

Ce n'est pas la première chanson issue du mouvement de La Manif pour tous. Dans les manifestations, le collectif a l'habitude de reprendre la chanson d'Edith Piaf, Non, Je ne regrette rien, en en changeant les paroles : "Non, rien de rien, non, on ne lâchera rien. C’est son père et sa mère, qu’un enfant doit connaître sur terre."

D'autres opposants au mariage pour tous ont pris l'initiative de pousser la chansonnette pour faire passer leur message. Ainsi, cette vidéo mise en ligne en janvier intitulée Faut arrêter. Accompagné d'images de la mobilisation du 13 janvier à Paris, un interprète chante : "Faut arrêter, faut réagir, faut contester avant que ça devienne pire (...) Un papa, une maman, c'est bien le nécessaire qu'il faut à un enfant, demain comme naguère."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.