La leader du Printemps français entre en grève de la faim, des internautes ricanent

"Cela fait un an que l'on proteste et qu'on ne nous écoute pas", dénonce Béatrice Bourges.

La porte-parole du Printemps français, Béatrice Bourges, s\'exprime lors d\'une université d\'été au château de Lignières (Cher), le 26 août 2013.
La porte-parole du Printemps français, Béatrice Bourges, s'exprime lors d'une université d'été au château de Lignières (Cher), le 26 août 2013. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Une vie non-violente est en jeu." Au Figaro, lundi 27 janvier, la porte-parole du Printemps français, Béatrice Bourges, explique qu'elle entre en grève de la faim. Un "jeûne spirituel" qu'elle a entamé pour le "Jour de colère".

 

La leader de ce mouvement opposé au mariage pour tous dit vouloir se battre "pour [son] pays" : "Je pense qu'on est en train de tuer l'âme de nos enfants. Cela fait un an que l'on proteste et qu'on ne nous écoute pas." Elle martèle qu'à la manière de Gandhi, son action est "non violente".

 

Par ce jeûne, elle veut obtenir le départ de François Hollande. Pour y parvenir, elle souhaite que des élus des assemblées utilisent l'article 68 de la Constitution pour "engager une procédure de destitution du président de la République pour 'manquement grave' à l'exercice de ses fonctions".

Cette grève de la faim a suscité l'ironie sur les réseaux sociaux. Certains adressent à la militante des photos de leurs repas avec le hashtag #MiamMiamBea.