Thérapies de conversion : "Il faut que l'association Torrents de vie soit jugée et punie", réclame SOS Homophobie

La Miviludes et la Dilcrah ont été sollicitées afin d'étudier les voies d'action possibles contre l'association évangélique qui, malgré la loi les interdisant, poursuit les thérapies visant à convertir une personne LGBT+ en hétérosexuelle.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Joël Deumier, co-président de SOS Homophobie, sur France Inter le 31 août 2023. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"Il faut qu'une enquête ait lieu et que l'association Torrents de vie soit sanctionnée, jugée et punie pour des faits qui sont extrêmement graves", réagit jeudi 31 août sur France Inter Joël Deumier, co-président de SOS Homophobie, après une enquête de BFMTV concernant les thérapies de conversion organisées par cette association.

>> TEMOIGNAGE. "Jean-Michel, Jésus va te guérir de ton homosexualité" : un homme raconte les "thérapies de conversion" qu'il a subies

"On espère que la loi de 2022, qui interdit les thérapies de conversion, soit appliquée pour la première fois, pour créer un précédent et envoyer un signal fort aux victimes", ajoute Joël Deumier. "Ce serait un des premiers cas d'application de la loi puisque les faits antérieurs à la loi n'entrent pas dans l'application de la loi", précise le co-président de SOS Homophobie.

La Miviludes et la Dilcrah sollicités

Il dénonce "les manipulations mentales et psychologiques" de ces thérapies de conversion qui prétendent "guérir" les personnes homosexuelles. "Elles s'exercent sur les personnes croyantes, en général, qui ont une culpabilité très forte entre leur propre identité et leur foi", explique Joël Deumier. Selon lui, "Torrents de vie joue sur cette culpabilité".

"Torrents de vie incite très fortement les personnes à se renier."

Joël Deumier, co-président de SOS Homophobie

à France Inter

Mercredi, Sonia Backès, la secrétaire d’État en charge de la Citoyenneté, a demandé à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) "d’étudier toutes les voies d’action possibles pour sanctionner l’association Torrents de vie et ses responsables".

Bérangère Couillard, la ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations a, de son côté, demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) "de saisir le procureur de la République pour enquêter sur les agissements" de cette association évangélique protestante.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.