Risques terroristes : comment sont renforcées les mesures de sécurité ?

Les mesures de prévention contre les risques terroristes “vont être renforcées dans les lieux publics et dans les transports”, a annoncé l'Elysée en marge d'un conseil de défense jeudi. Mais en quoi consistent concrètement ces mesures ?

(L'Elysée a annoncé que les "mesures de sécurité" du plan vigipirate étaient renforcées. © Maxppp)

Dans un communiqué publié jeudi, l’Elysée a annoncé que "les mesures de prévention contre les risques terroristes mises en oeuvre sur le territoire national vont être renforcées dans les lieux publics et dans les transports ". Une réaction à l’assassinat, mercredi, de l'otage Hervé Gourdel en Algérie par un groupe proche du groupe djihadiste Etat islamique. Concrètement, que signifie la mise en place de ces mesures ?

Visibilité plus forte des forces de l’ordre et de l’armée

Avec le plan Vigipirate permanent, la priorité des forces de l’ordre et de l’armée se portera désormais, à Paris et dans les grandes agglomérations, sur les transports publics, les interconnexions ou les gares. On retrouvera également ces patrouilles renforcées policiers-militaires dans les centres commerciaux et à l’entrée des grands magasins.

Cette visibilité plus forte est censée augmenter la force de dissuasion, mais surtout apporter de plus grandes capacités d’intervention. Cela multiplie aussi les relais éventuels, des yeux et des oreilles, auprès de la population, dans la rue et les lieux publics les plus fréquentés.

Combien de policiers et de militaires mobilisés ?

Cette information n’est pas communiquée. Il n’y a aucun chiffre officiel sur les effectifs engagés, et ce pour "des raisons de sécurité ", explique le gouvernement.

Vigipirate n’est qu’une partie du dispositif

Le plan Vigipirate permanent n’est qu’un aspect du dispositif de protection mis en place. D’autres outils, d’autres plans établis de longue date en matière de terrorisme, sont activés et prêts à l’emploi. Ce sont tous les plans dits “pirates”.

C’est le cas, par exemple, du plan Métropirate. Il est là en cas d’attaque à l’explosif artisanal dans les transports collectifs souterrains. C’est le cas également des Piratair et Pirate-Mer qui, comme leurs noms l’indiquent, préviennent les éventuelles menaces aériennes et maritimes.

A LIRE AUSSI ►►► Risques terroristes : "mesures renforcées dans les transports et les lieux publics"

Qui coordonne ces dispositifs renforcés ?

C’est le SGDSN, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale. Il coordonne et assure la capacité de veille, d’alerte et synthétise l’information anti-terroriste pour le gouvernement.