Cet article date de plus de sept ans.

Le bâtonnier d'Ajaccio transféré au pôle antiterroriste de Paris

Le bâtonnier du barreau d'Ajaccio Dominique Ferrari et trois autres hommes en garde à vue depuis lundi, ont été transférés mercredi au pôle antiterroriste de Paris. Il s'agit de l'enquête sur des attentats à la roquette contre des gendarmeries d'Ajaccio et de Bastia le 5 décembre 2013.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La gendarmerie de Montesoro, au sud de Bastia, avait été visée par une roquette © MaxPPP)

Ils devraient être présentés à un juge parisien jeudi ou vendredi. Le bâtonnier du barreau d'Ajaccio Dominique Ferrari et trois autres hommes, en garde à vue depuis lundi, ont été transférés mercredi à Paris. Il s'agit de la suite de leur garde à vue, qui peut durer 96h, donc jusqu'à vendredi soir, comme le veut la procédure en matière de terrorisme. Ils sont actuellement entendus dans les locaux de la SDAT, la sous-direction antiterroriste.

Ils avaient été placés en garde à vue lundi dans le cadre d'une enquête sur des attentats à la roquette contre des gendarmeries d'Ajaccio et de Bastia le 5 décembre 2013. Des attentats qui n'avaient pas été revendiqués et n'avaient pas fait de victimes.

Protestation des avocats corses 

Mardi soir, l'ex-bâtonnier d'Ajaccio Philippe Gatti, qui était lui aussi en garde à vue depuis lundi, a a été remis en liberté sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Cinq autres personnes, dont l'épouse de Philippe Gatti, ont été également remises en liberté mardi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elles.

Les avocats corses poursuivaient mercredi leur mouvement de protestation, ne participant pas aux audiences, pour dénoncer la détention de leurs confrères.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.