Cet article date de plus de huit ans.

Corse : attentats contre les gendarmeries d'Ajaccio et Bastia

Deux attentats ont visé les groupements de gendarmerie d'Ajaccio et Bastia ce jeudi en Corse. Deux fortes détonations ont été entendues en début de soirée près de la caserne Battesti à Ajaccio et celle du quartier de Montesoro à Bastia. Ce vendredi matin, Manuel Valls a réaffirmé sa détermination.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Autre)

Les deux casernes des groupements de gendarmerie d'Ajaccio
et Bastia ont été la cible de deux attentats simultanés jeudi soir. Il n'y a pas eu de blessé. Les deux détonations ont
été entendues à 20 heures à proximité des deux casernes situées dans le centre
d'Ajaccio et au sud de Bastia.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la gendarmerie de
Bastia a été la cible d'un tir de roquette. Elle a été tirée à partir d'un
véhicule sur la façade de l'édifice, très surveillé. À Ajaccio, c'est une
charge qui a explosé. Elle était placée sous un véhicule de gendarmerie à
l'intérieur de la caserne Battesti.

Ces attentats interviennent une dizaine de jours après un
vague d'arrestations de militants et sympathisants nationalistes corses. Ils
sont soupçonnés d'être impliqués dans des attentats contre des résidences
secondaires en Corse en 2012 revendiquées par le Front de libération nationale
de la Corse (FLNC).

"Il n'est pas question de céder d'un seul pouce face à ces individus" ( Manuel Valls)

En déplacement ce vendredi matin à Sézanne dans la Marn), où un bijoutier a tué un braqueur le 28 novembre, le ministre de l'Intérieur a assuré que "rien ne nous détournera de l'action que nous menons avec la gendarmerie et la police sur la Corse. Donc il n'est pas question de céder d'un seul pouce face à ces individus. C'est sans doute pour cela qu'il y a des répliques, (de) ceux qui considèrent
qu'il faut s'attaquer à l'Etat pour poursuivre leurs méfaits".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.