L'essayiste d'extrême droite Alain Soral condamné pour négationnisme à un an de prison ferme

Cette peine de prison est assortie d'un mandat d'arrêt. L'essayiste est condamné pour contestation de l'existence de la Shoah, après la publication de conclusions de son avocat sur le site Egalité et Réconciliation, en 2017. Il a fait appel, annonce son site lundi.

Alain Soral lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 12 mars 2015, pour un autre procès.
Alain Soral lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 12 mars 2015, pour un autre procès. (LOIC VENANCE / AFP)

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à un an de prison ferme, lundi 15 avril, pour contestation de l'existence de la Shoah. Une peine assortie d'un mandat d'arrêt, l'accusé n'étant pas présent à la lecture du délibéré. 

Alain Soral a fait appel de sa condamnation, annonce son site internet Egalité et Réconciliation. Cet appel ne suspend pas son placement en détention mais il pourra néanmoins, dans l'attente de son jugement en appel, faire une demande de remise en liberté, qui sera alors examinée par la cour d'appel.

Des propos négationnistes publiés sur son site

L'essayiste est condamné pour avoir publié sur son site des conclusions litigieuses de son avocat, lequel citait notamment des propos du négationniste Robert Faurisson. Maître Damien Viguier, lui, a été condamné à 5 000 euros d'amende pour complicité, en raison du contenu de ces conclusions qui faisaient suite à un premier jugement dans l'affaire de la caricature parue en avril 2016.

Le site d'Alain Bonnet, dit Soral, – Egalité et Réconciliation – avait alors publié un dessin représentant, sur une une titrée "Chutzpah Hebdo", le visage de Charlie Chaplin devant l'étoile de David, avec la question "Shoah où t'es ?", en référence à la une de Charlie Hebdo après les attentats de Bruxelles ("Papa où t'es ?"). Dans cette affaire, Alain Soral a été condamné en appel à 10 000 euros d'amende. Son pourvoi en cassation a été rejeté.