Cet article date de plus de huit ans.

Affaire Kerviel : l'ex-trader de la Société générale a déposé une requête en révision de son procès

Selon son avocat, la requête a été déposée la semaine dernière. L'affaire a été relancée par le témoignage d'une commandante policière chargée de l'enquête.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ex-trader de la Société générale Jérôme Kerviel quitte la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), le 8 septembre 2014. ( PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

L'avocat de Jérôme Kerviel a annoncé à l'Express, lundi 18 mai, que l'ancien trader de la Société générale avait déposé, la semaine précédente, une requête en révision de son procès, une procédure qui vise à faire annuler sa condamnation pénale.

Dimanche, Mediapart révélait qu'une nouvelle déposition, le témoignage d'une commandante de police chargée de l'enquête sur les pertes de Jérôme Kerviel, remettait en cause le comportement de la Société générale dans cette affaire. "Ce témoignage est une déflagration totale", estime David Koubbi, l'avocat de l'ancien trader. "Cela fait des années que j'attends ça, (...) c'est pour moi une libération, enfin, quelqu'un parle, et ce n'est pas n'importe qui", a réagi ce dernier dans une interview à L'Express.fr.


Un nouveau procès au civil déjà prévu en 2016

L'ex-courtier Jérôme Kerviel, condamné à cinq ans de prison dont trois ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux, a toujours affirmé que la Société générale savait qu'il prenait des positions vertigineuses non couvertes qui se sont soldées par une perte de 4,9 milliards d'euros. L'ancien trader est sorti de prison en septembre 2014.

La Cour de cassation avait, en mai 2014, confirmé la condamnation de Kerviel au pénal, mais avait cassé le volet civil de la décision, qui attribuait 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à la banque. Un nouveau procès civil doit se tenir du 20 au 22 janvier 2016 pour établir la répartition des responsabilités dans cette perte.

"Les avocats ont de l'imagination"

"Les avocats ont de l'imagination", a lancé Jean Veil, conseil de la Société générale, sur la chaîne d'information BFMTV. La policière "ne s'est jamais ouverte, en sept ans, de ce ressenti. Cela sort aujourd'hui comme un lapin d'un chapeau", a estimé l'avocat, pour qui la policière "ne s'appuie que sur des sensations".

La seule voie de réouverture du volet pénal passe par la Cour de révision et de réexamen, qui a récemment remplacé la Cour de révision. Depuis la seconde guerre mondiale, dix condamnations seulement ont été annulées par la Cour de révision, toutes prononcées pour des crimes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.