Hauts-de-Seine : le Parquet national antiterroriste ouvre une enquête après qu'un automobiliste a foncé volontairement sur deux policiers à moto à Colombes

Le chauffard a été interpellé par des policiers municipaux. Les enquêteurs ont retrouvé dans sa voiture un couteau et une "lettre d'allégeance" au groupe Etat islamique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Deux policiers à moto auraient été percutés de façon volontaire lundi 27 avril, à Colombes, dans les Hauts-de-Seine. L'agresseur a été interpellé. (FRANCE 2)

Un peu moins de 24 heures après qu'un automobiliste a percuté deux policiers à moto à Colombes (Hauts-de-Seine), le Parquet national antiterroriste annonce, mardi 28 avril, qu'il ouvre une enquête pour "tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteur terroriste criminelle".

Il était un peu moins de 18 heures, lundi 27 avril, quand deux policiers à moto ont été renversés lors d'un contrôle routier. Le chauffard a été interpellé par des policiers municipaux à proximité. Dans sa voiture, les enquêteurs ont retrouvé un couteau et une "lettre d'allégeance" au groupe Etat islamique.

Les faits se sont produits en face du stade de rugby Yves-du-Manoir. Un des deux policiers blessés se trouve dans un "état grave" et a été placé en coma artificiel. Il souffre d'un traumatisme crânien. Selon une source proche de l'enquête, son pronostic vital n'est plus engagé. Son collègue, plus légèrement touché, a été transporté à l'hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine).

"Inconnu des services de renseignements"

L'homme interpellé est un Français de 29 ans, né à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) et résidant à Colombes, connu pour des faits de violences qui remontent à dix ans, a appris France 3 auprès du parquet de Nanterre. De source judiciaire, il est "inconnu des services de renseignements"Son expertise psychiatrique, qui a été réalisée mardi matin, ne conclut pas à une pathologie psychiatrique, selon nos informations. Lors de son audition, il a indiqué avoir entendu des voix mais les enquêteurs doutent de la sincérité de ses propos. Selon une source proche de l'enquête, son attitude est sereine depuis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.