Barrage de Sivens : la tension monte à quelques heures de la décision du conseil général

La tension monte autour du barrage de Sivens. Le ministre de l'Intérieur a appelé à l'apaisement et à la responsabilité de chacun ce jeudi 5 mars.

France 3

La tension est chaque jour un peu plus forte entre les agriculteurs et les opposants au barrage de Sivens. Ce jeudi 5 mars, le ministre de l'Intérieur a appelé à l'apaisement et à la responsabilité de chacun. Les forces de l'ordre déployées sur le site ont bien du mal à éviter l'escalade de la violence. Sur place, tous savent que le conseil général doit se prononcer demain, vendredi 6 mars, sur l'avenir du projet de barrage. "On ne lâchera rien. Tout ce que l'on veut, c'est que la forêt repousse et que tout le projet soit abandonné", confie au micro de France 3, un opposant.

Une alternative

Certains agriculteurs de la région sont quant à eux plus nuancés. Une solution alternative proposée par les experts en janvier dernier pourrait convenir : la création de plusieurs petits bassins dans la vallée. "Il faut un compromis que tout le monde accepte", affirme un éleveur-viticulteur.
L'autre solution proposée par les experts sur le site et qui pourrait avoir la faveur des élus serait la réalisation d'un réservoir plus en amont et de moindre ampleur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sur le site de la zone humide du Testet (Tarn), où doit être construit le barrage de Sivens.
Sur le site de la zone humide du Testet (Tarn), où doit être construit le barrage de Sivens. (REMY GABALDA / AFP)