Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats de Paris : les réseaux au coeur d'une enquête hors-normes

Deux mois après les attentats de Paris, l'enquête se concentre sur l'entourage et les réseaux des tueurs. Malgré une trentaine de gardes à vue et 4.000 procès verbaux, de nombreuses interrogations persistent sur la préparation des attaques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
 (Deux mois après la attentats de Paris, l'enquête tente toujours de percer les secrets des tueurs © MaxPPP)

Il y a deux mois, la France était frappée par la pire attaque terroriste menée depuis 50 ans. L’enquête tente de cerner les réseaux des frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly. Malgré plus de 4.000 procès verbaux et une trentaine de garde à vue, dont quatre en cours, la préparation des attaques n'est pas totalement éclaircie. Les liens entre les trois tueurs font toujours l'objet d'investigations, ainsi que d'éventuelles complicités. Quatre personnes sont entendues depuis lundi, elles appartiennent à l'entourage du tueur de la porte de Vincennes. 

L'étau se resserre autour des connaissances

L’un des gardés à vues, Amar, est un proche de Coulibaly. Il a le profil d’un délinquant. Ce qui est reproché à cet homme, c’est d’avoir été vu en compagnie du tueur quelques heures avant les attentats. Les enquêteurs ont aussi tracé son téléphone portable et l’appareil a été borné dans les environs de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. La police explore toutes les pistes et jusqu’au bout, afin de vérifier si des complices éventuels avaient eu vent des attaques terroristes. C’était le même procédé fin janvier quand quatre hommes ont été mis en examen. Ce sont aussi des proches de Coulibaly qui lui auraient trouvé une voiture, une moto ou des armes. Ces personnes ont affirmé qu’elles n’avaient aucune information sur les projets terroristes.

A LIRE AUSSI ►►►Attentats de Paris : quatre hommes mis en examen et écroués

Une enquête informative sur Coulibaly

Il a laissé beaucoup de traces dans les jours qui précèdent les attentats. Notamment avec la fuite en Syrie de sa femme Hayat Boumedienne. Les policiers pensent que tout était organisé depuis un mois avec des complices, les frères Belhoucine connu dans la mouvance djihadiste. Le 1er janvier, sept jours avant les attentats, Amédy Coulibaly et sa femme sont chez les frères Belhoucine et en leur compagnie. Le soir même, ils partent à Madrid avant de prendre l'avion pour la Turquie.

Coulibaly, lui, rentre seul, à vive allure en voiture. Le détail est connu puisque son véhicule a été flashé sur le trajet. Et c’est partir de là que les enquêteurs ont refait son agenda. Il s’installe alors dans sa planque à Gentilly (Val-de-Marne)  pour préparer les derniers détails de ses projets. Coulibaly fait notamment le tour de ses complices pour récupérer des armes.

Et puis il y a un témoignage édifiant qui remonte à la nuit même de l'attaque de Charlie Hebdo. Il a alors rendez-vous avec un homme qui lui doit 30.000 euros. Coulibaly, c’est le caïd du quartier, le vrai braqueur réputé dangereux. Au milieu de la nuit, son débiteur, est évidemment inquiet. A tort, puisque finalement Coulibaly ne le menace pas. Surtout il prononce des mots incroyables, à posteriori. Il explique que "vendredi ", il ne sait où il sera. Le jour en question est celui de la tuerie porte de Vincennes à Paris

Ce sont des éléments qui plaident pour une attaque minutieusement préparée.

Une attaque concertée avec les frères Kouachi

Nos confrères du journal Le Monde ont révélé un détail qui rapproche les trois hommes. Il s’agit d’un sms échangé entre Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly à 10h19 le mercredi 7 janvier, soit une heure avant l'attaque de Charlie Hebdo. La teneur du message est inconnue puisqu’il a été effacé, mais les policiers disposent de la trace de l'envoi, qui fait penser à un top départ.

Les policiers savent aussi que quelques heures auparavant, Coulibaly s’est rendu chez Chérif Kouachi à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) entre minuit et une heure du matin.Tous ces indices sont à mettre en perspective avec les 400 appels téléphoniques recensés entre les épouses Kouachi en 2014.

A LIRE AUSS I ►►►Les Kouachi, Coulibaly et Boumedienne se seraient vus juste avant les attentats

Le mystère des frères Kouachi

Comment-ont-ils préparé leur attaque ? Coulibaly leur a-t-il fourni de l'argent comme il le prétend dans une vidéo ? Les deux frères ont-ils bénéficié de soutiens extérieurs ? Ils se sont revendiqués d'Al-Qaïda en péninsule arabique (Aqpa) et cette organisation a revendiqué leur attaque.

A part un possible rapprochement avec Coulibaly, il n’y a, à ce stade de l’enquête, aucune complicité opérationnelle directement relié aux frère Kouachi dans la préparation des attentats. Certaines de leurs connaissances ont été arrêtées alors qu'elles  tentaient de passer en Syrie, mais pour l'instant ces personnes  restent éloignées des attaques.

Les frères Kouachi ont réussi à passer totalement inaperçus, malgré les policiers du renseignement qui avaient un œil sur eux depuis 2011. Deux mois après l’attaque sanglante dans les locaux de Charlie Hebdo, c'est probablement  la personnalité de Said Kouachi qui intrigue le plus. C’est l’aîné, le grand frère, le plus discret, le plus  sage. Celui qui n'a jamais été condamné, l’homme que ses voisins à Reims n'ont jamais remarqué. C’est pourtant lui qui serait allé au Yémen, lui qui menait l'attaque selon les témoignages à Charlie Hebdo. C’est lui qui épargne une des dessinatrices du journal en intimant l'ordre à son frère de ne pas tuer les femmes. Comme s'il était le chef...

Les policiers sont encore loin d'avoir percé le secret des attentats de janvier qui est aussi celui des frères Kouachi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.