Cet article date de plus de huit ans.

Attentat déjoué de Villejuif : deux suspects mis en examen

Après leur arrestation dimanche dans les Yvelines, Ils ont été mis en examen ce jeudi pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et recel de vol en bande organisée. Ils sont soupçonnés d’avoir apporté une aide matérielle à Sid Ahmed Ghlam dans son projet d’attentat en avril à Villejuif.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Les enquêteurs cherchent à savoir si Sid Ahmed Ghlam a bénéficié d'aide pour préparer une attentat contre cette église de Villejuif © MaxPPP)

L’enquête menée depuis l’interpellation de Sid Ahmed Ghlam pour un projet d’attentat contre au moins une église de Villejuif se concentre sur d’éventuelles complicités. Les enquêteurs ont mis en examen les deux hommes arrêtés ce week-end à Limay et Mantes-la-Jolie, en région parisienne, pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et recel de vol en bande organisée. Ils sont suspectés de l'avoir dans son périple.

A LIRE AUSSI ►►►Attentat déjoué à Villejuif : que sait-on des suspects arrêtés dimanche ?

Le parquet de Paris a demandé le placement en détention provisoire des deux individues de 35 et 39 ans. Ces derniers contesteraient avoir eu vent des projets de l’étudiant mis en examen depuis avril. Les enquêteurs, eux, semblent convaincus que Sid Ahmed Ghlam n’a pas pu agir en solitaire, pour récupérer des armes et pour se déplacer.

D’après les informations de France Info, les deux hommes présentés au juge sont des proches d'Abdelkader Jallal. Ce dernier est déjà mis en examen et incarcéré dans le cadre de cette enquête sur les attentats déjoués de Villejuif. Son ADN avait été retrouvé dans la voiture volée qu'utilisait Sid Ahmed Glam. Cet étudiant de 24 ans est mis en examen pour l’assassinat d’Aurélie Châtelain le 19 avril à Villejuif et pour avoir prévu un attentat contre une église de cette ville du Val-de-Marne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.