Affaire Baupin : ouverture d'une enquête préliminaire

Après les accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles portées contre le député écologiste Denis Baupin, le parquet de Paris a annoncé mardi une enquête préliminaire confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

(Denis Baupin a démissionné lundi de la vice-présidence de l'Assemblée nationale © Alain ROBERT/APERCU/SIPA)

Le parquet de Paris a annoncé ce mardi matin l'ouverture d'une enquête préliminaire après les accusations directes visant depuis lundi Denis Baupin, député écologiste de Paris. L'élu a contesté cette mise en cause, mais il a démissionné de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale.

A LIRE AUSSI ►►►Selon son avocat, Denis Baupin conteste tout harcèlement ou agression sexuelle

Une enquête en l'absence de plainte

Un communiqué du procureur de la République de Paris précise que les investigations sont lancées "suite aux allégations parues dans la presse à l'encontre de Denis Baupin portant susceptibles d'être qualifiés d'agressions sexuelles, harcèlements sexuels, appels téléphoniques malveillants". Le parquet de Paris poursuit en confirmant, qu'"à cette heure, aucune plainte relative à ces faits n'a été reçue" dans ses services.

Les témoignages vérifiés

Le parquet de Paris a aussi précisé dans son communiqué que l'enquête va s'attacher à recueillir les témoignages des victimes présumées qui se sont exprimées dans les médias, à vérifier les dates et lieux de la commission des faits allégués et à entendre tout témoin utile". 

L'écologiste Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et compagne de Denis Baupin avait souhaité mardi matin sur France Info que la justice s'empare du dossier. L'ancienne secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) a ajouté qu'elle n'a "jamais été saisie, aucun moment, sur des faits de harcèlement sexuel ou d'agression sexuelle" .

"On parle de faits qui sont d'une extrême gravité. Et si ces faits sont avérés, il faut que ça soit réglé devant la justice. Et si ces faits ne sont pas avérés, il faut aussi que ce soit réglé devant la justice". 

L'enquête préliminaire a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).