VRAI OU FAKE : les immigrés occupent-ils un travail en France ?

Publié
franceinfo
Article rédigé par
L. Brisson, N. Jayer - franceinfo
France Télévisions

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes exposent dans des commentaires que les immigrés ne viennent pas pour travailler en France. Mais est-ce la réalité ?

Sur les réseaux sociaux, des commentaires à propos de l’immigration s’expriment en ces termes : "L’immigration de travail est dérisoire par rapport au regroupement familial" ou encore "l’immense majorité des immigrés ne vient pas pour travailler...". Est-ce la réalité ? Que sait-on du travail des immigrés ? Depuis le début du 20ème siècle, la France a connu une forte immigration après les guerres mondiales. Ces immigrés sont majoritairement masculins et viennent pour travailler.

Un taux de chômage plus élevé chez les immigrés

Dans les années 2000, la France connaît une nouvelle phase d’augmentation de l’immigration, qui n’est plus seulement dûe au travail. Il y a désormais le regroupement familial, le développement des échanges d'étudiants ainsi que la création de l’espace Schengen. En 2019, un tiers des motifs d’attribution de titre de séjour étaient pour motif familial, un autre tiers pour les étudiants. 14% des titres étaient délivrés pour motif économique, mais cela ne signifie pas qu’ils vont travailler. Les immigrés ont un taux d’emploi inférieur aux non-immigrés. En 2020, 59% des immigrés avaient un emploi, contre 66% des non-immigrés. Le taux de chômage est donc plus élevé. 

"Ils sont finalement beaucoup plus vulnérables aux aléas de l’économie, puisque ce sont souvent les emplois non-qualifiés qui sont les premiers emplois supprimés quand il y a des crises économiques", déclare Matthieu Tardis, spécialiste des migrations à l’Institut français des relations internationales. Ainsi, peu importe la raison administrative de son immigration, ce n’est pas pour autant qu’un immigré n’aspire pas à trouver un emploi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.