"Se faire plaisir sans pour autant offenser les supporters adverses" : les spectateurs du Stade de France face à la polémique sur les arrêts de matchs

Les propos du président de la FFF, demandant aux arbitres de ne plus arrêter les matchs en cas de manifestations homophobes dans les stades, ont suscité de nombreuses condamnations, dont celle de la ministre des Sports. Parmi les supporters des Bleus, les réactions sont plus mitigées. 

Le public du Stade de France lors du match des Bleus contre Andorre, le 10 septembre 2019
Le public du Stade de France lors du match des Bleus contre Andorre, le 10 septembre 2019 (MATTHIEU MONDOLONI / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Mardi soir, l'équipe de France accueillait Andorre, en match de qualification pour l'Euro 2020. Parmi les supporters des Bleus présents au Stade de France, certains estiment que la polémique sur les chants homophobes est "un faux débat". Arnaud par exemple rappelle que "les chants racistes, les chants homophobes, ça a toujours existé et on n'a jamais interrompu les matchs." Et il a son explication sur le débat actuel : "Avant, les femmes n'étaient pas intéressées par le football. Maintenant, elles veulent mettre leurs lois dans nos règles."

C'est l'esprit foot, c'est juste du sportCoralie, supportrice des Bleus

Mêmes arguments chez Coralie, passionnée de foot venue voir le match avec son père : "Il y a un amalgame. Quand on dit 'enc...', ça ne vise pas une communauté en particulier, ça peut viser des hétéros comme des homosexuels. Ça ne va pas plus loin, c'est l'esprit foot, c'est juste du sport".

Mais tout le monde n'est pas d'accord avec cette vision des choses. Notamment ceux, comme Caroline, qui viennent au stade en famille : "Quand on vient avec des enfants de 6,7 ou 10 ans, ce n'est pas normal ce genre de propos. Pour nos enfants, le foot doit être un modèle. Il faut bien évidemment arrêter les matchs, à chaque fois qu'il y a des propos racistes ou homophobes, parce que c'est inadmissible dans un pays comme la France, qui doit être un pays de tolérance où tout le monde a le droit de vivre comme bon lui semble."

"Un minimum de respect"

Alpha, supporter des Bleus lui aussi, veut rappeler qu'on peut soutenir son équipe sans forcément insulter l'adversaire : "Tout le monde doit se respecter. On est venus pour voir du foot, le but c'est de se faire plaisir sans pour autant offenser les supporters adverses. Il doit toujours y avoir un minimum de respect".

Ce mardi soir au Stade de France, aucune banderole raciste, aucune insulte homophobe. Et aucun arrêt de la rencontre, remportée 3 buts à 0 par l'équipe de France.

Le reportage de Matthieu Mondoloni au Stade de France
--'--
--'--