La cour d'appel de Poitiers relaxe entièrement des étudiants vendéens poursuivis pour avoir pris des militants LGBT à partie

En première instance, cinq de ces douze étudiants avaient été condamnés à deux mois de prison avec sursis et tous avaient écopé d'heures de travail d'intérêt général pour entrave à la liberté de réunion.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Roche-sur-Yon, en Vendée. (GOOGLE MAPS)

La cour d'appel de Poitiers a relaxé des étudiants vendéens de l'Institut catholique de Vendée (Ices) qui étaient poursuivis pour avoir agressé des militants LGBT à la Roche-sur-Yon, en Vendée, en mai 2019 lors de la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, rapporte France Bleu Loire Océan mercredi 1er juillet.

En première instance, cinq de ces douze étudiants avaient été condamnés à deux mois de prison avec sursis et tous avaient écopé d'heures de travail d'intérêt général pour entrave à la liberté de réunion, car ils avaient dégradé un stand LGBT et crié "homo-folie, ça suffit". Le tribunal ne les avait pas condamnés pour injures homophobes. La cour d'appel confirme donc la relaxe pour les injures homophobes et, en plus, annule les condamnations pour entrave à une manifestation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.