Violences sexuelles : Gérard Depardieu assure n'être "ni un violeur, ni un prédateur" dans Le Figaro

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Gérard Depardieu a assuré, dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro lundi 2 octobre, n'être "ni un violeur, ni un prédateur", alors qu'il est mis en cause par plus d'une dizaine de femmes pour des violences sexistes et sexuelles. -
Violences sexuelles : Gérard Depardieu assure n'être "ni un violeur, ni un prédateur" dans Le Figaro Gérard Depardieu a assuré, dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro lundi 2 octobre, n'être "ni un violeur, ni un prédateur", alors qu'il est mis en cause par plus d'une dizaine de femmes pour des violences sexistes et sexuelles. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - J.Hélion
France Télévisions
France 2
Gérard Depardieu a assuré, dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro lundi 2 octobre, n'être "ni un violeur, ni un prédateur", alors qu'il est mis en cause par plus d'une dizaine de femmes pour des violences sexistes et sexuelles.

Après des mois de discrétion, Gérard Depardieu sort du silence dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro, lundi 2 octobre. "Je ne suis ni un violeur, ni un prédateur. Jamais, au grand jamais, je n'ai abusé d'une femme", écrit-il. Depuis trois ans, l'acteur français est mis en examen pour des viols et des agressions sexuelles sur la comédienne Charlotte Arnould. Elle a porté plainte contre lui pour deux viols en 2018, des accusations réfutées par l'acteur.

"Ça sera à la justice d'en décider"

Cette prise de parole est choquante pour l'avocate de Charlotte Arnould, Me Carine Durrieu-Diebolt. "Monsieur Depardieu n'est pas le protecteur des femmes qu'il prétend être et il dit qu'il n'est ni un violeur ni un prédateur, ça sera à la justice d'en décider", a-t-elle réagi. Dans un article publié en avril dernier, 13 femmes ont accusé le comédien d'actes et de propos sexuels inappropriés commis sur des plateaux de tournage entre 2004 et 2022.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.