Enquête Affaire Yannick Agnel : une partie de l’entourage savait

Yannick Agnel a été mis en examen pour viol et agression sexuelle sur mineure. La victime présumée est la fille de son ancien entraîneur Lionel Horter, âgée de 13 ans au moment des faits en 2016. La Cellule investigation de Radio France a reconstitué le fil des événements.

Article rédigé par
Géraldine Hallot, cellule investigation de Radio France - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le nageur Yannick Agnel avec son entraîneur Lionel Horter lors d'un meeting de natation à Saint-Louis (Haut-Rhin) le 9 décembre 2021 (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

En décembre dernier, coup de tonnerre dans la natation française. Yannick Agnel reconnaît devant les enquêteurs avoir eu, en 2016, des rapports sexuels avec la jeune N., alors âgée de 13 ans (elle en a aujourd’hui 19). Mais il conteste avoir exercé la moindre contrainte. À l’époque, la loi (qui a été modifiée depuis*) définissait le viol comme "tout acte de pénétration sexuelle commis par violence, contrainte, menace ou surprise". Cette loi précisait que "la contrainte morale peut résulter de la différence d'âge". 

"C'est ce cas de figure qu’a retenu le juge, nous explique la procureure de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot. Yannick Agnel avait 24 ans, soit onze ans de plus que la victime."  La procureure évoque une "relation d’emprise" entre le nageur champion olympique et l’adolescente.  Aujourd’hui, Yannick Agnel "a conscience d’avoir fait quelque chose de grave", ajoute Edwige Roux-Morizot et il le "regrette".  

Selon nos informations, les faits ont commencé par un "baiser" un soir de réveillon, le 31 décembre 2015, dans l’appartement loué par le nageur dans le centre de Mulhouse. Puis il y a eu des rapports sexuels à plusieurs reprises. D’abord à Riedisheim, au domicile même de Lionel Horter. Yannick Agnel y est hébergé depuis le début de l’année 2016. Son entraîneur l’a installé chez lui pour superviser au plus près sa préparation et son hygiène de vie dans la perspective des Jeux olympiques de Rio.   

Des rencontres régulières dans la chambre de Yannick Agnel

Des faits identiques se sont déroulés en Thaïlande, où l’équipe Elite du club Mulhouse Olympic Natation (MON) est partie en stage en janvier et février 2016. N. faisait partie du voyage. "Quand j’ai appris ce qui s’était passé, je suis tombé des nues, nous raconte un ancien salarié du club présent en Thaïlande. C’est vrai que l’on doit rester vigilant, mais on ne peut pas rester éveillé toute la nuit pour contrôler ce qui se passe."

D’autres semblent moins surpris. Ainsi, une jeune nageuse se rappelle que N. se rendait "régulièrement" dans la chambre de Yannick Agnel lors de ce séjour. "J’ai eu des doutes sur ce qui se passait", reconnaît-elle. D'autres nageurs de l’époque se demandent comment les parents de la victime, Lionel et Marjorie Horter, omniprésents dans la vie du club, en particulier lors de ces stages à l’étranger, "ont pu ne rien voir". Lors de leur audition par les enquêteurs, le 15 juillet 2021, ces derniers ont indiqué avoir eu connaissance des faits deux semaines seulement avant que leur fille ne porte plainte, soit au début des vacances d’été 2021. Visiblement en souffrance, N. leur aurait raconté ce qu’il s’était passé avec Yannick Agnel.  

Le champion du monde et champion olympique en titre sur 200 m libre Yannick Agnel arrive au centre d'entraînement du MON le 3 avril 2014 à Mulhouse (Haut-Rhin) (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Mais de nombreuses personnes proches du MON s’interrogent sur cette version. C’est le cas d’un ancien cadre du club, qui nous raconte cet épisode remontant à "fin mars début avril 2019". Le MON est alors en conflit avec Yannick Agnel qui lui réclame 60 000 euros pour sa dernière année de contrat au club, celle-ci ne lui aurait pas été payée. Le club envoie alors une lettre de conciliation. "Franck Horter [président du MON et frère de Lionel, NDLR] me dit que Yannick serait sage d’accepter cette conciliation, raconte cet ancien cadre, car ils ont un dossier sur lui et sa nièce, N."  

Plusieurs membres de l’entourage étaient au courant

Plus largement, la relation intime qui existait entre l’ancien champion olympique et la fille de Lionel Horter était connue par des nageurs et nageuses de l’époque. Nous avons pu joindre l’une d’entre elles, qui a été entendue par la police à l’automne 2021. "N. m’a dit fin 2017 qu’elle avait eu une relation avec Yannick Agnel un an auparavant, confie-t-elle à la cellule investigation de Radio France. Elle me l’a dit sur le ton de la confidence. Je pense qu’elle ne réalisait pas." Cette jeune nageuse, qui n’a qu’un an de plus que N., poursuit : "À 13 ans, on n’est pas apte à juger de cela. Je suis peinée pour elle."

À l’automne 2017, N. se confie aussi à R., son petit ami à l’époque. Peu à peu, "tout le monde est au courant au sein du club", nous confie un autre nageur, parti depuis s’entraîner ailleurs. "Les nageurs étaient peut-être au courant, estime pour sa part l’un des avocats de N., Thomas Wetterer. Mais l’information n’est pas remontée jusqu’à Lionel et Marjorie Horter qui font partie de l’encadrement. L’encadrement, c’est une figure autoritaire pour ces jeunes."  

Des affaires distinctes

"Aucun élément ne montre à l’heure actuelle que les parents étaient au courant, renchérit la procureure de Mulhouse. Une information judiciaire évolue au gré des auditions. On verra bien. En tous cas cela n’amoindrit pas la souffrance de la victime." La procureure insiste : "N. est la victime dans cette affaire. Elle ne va pas bien depuis plusieurs mois, à cause de ce qu’elle a subi et qui ressort aujourd’hui."

Edwige Roux-Morizot refuse par ailleurs d’établir un lien entre cette affaire et les ennuis financiers actuels de la famille Horter. Ce sont "des affaires distinctes", selon elle. Franck et Lionel Horter sont en effet dans le collimateur de la justice, la gestion de leur club faisant l’objet d’une enquête préliminaire menée par la section financière de la police judiciaire de Mulhouse. Dans un autre dossier, le MON a été mis en examen pour "tentative d’escroquerie", pour des faits datant de 2016.  Le club a également été condamné à payer les 60 000 euros qu’il devait à Yannick Agnel au titre de sa dernière année de contrat**. 

Enfin, à la suite d’un audit financier défavorable, Mulhouse Alsace Agglomération reprendra, à compter du 31 janvier 2022, la gestion des bassins du MON, dont le bassin olympique extérieur, qui pourront être utilisés par d’autres clubs et par des scolaires. En résumé, le MON est dans la tourmente. Lionel Horter et son frère Franck que nous avons joints ont refusé "de faire le moindre commentaire".  

*Depuis la loi d’avril 2021, le Code pénal réprime tout acte de pénétration sexuelle commis par un majeur sur un mineur de moins de 15 ans, même sans violence, contrainte, menace ou surprise.   

**En juillet 2020, le MON a été condamné à payer ces 60 000 euros à Yannick Agnel. Le club a fait appel. L’audience aura lieu en mars 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.