Cet article date de plus de deux ans.

Accusé de viol, Patrick Poivre d'Arvor dévoile des messages privés de son accusatrice

Dans sa plainte pour dénonciation calomnieuse déposée à l'encontre de son accusatrice, le journaliste donne une version à l'opposé de celle de Florence Porcel. Il décrit l'écrivaine comme obsédée par lui.

Article rédigé par franceinfo - Margaux Stive
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Patrick Poivre d'Arvor lors de la 41ème édition du Livre sur la Place à Nancy, le 14 septembre 2019. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Des messages privés au cœur de l'enquête pour viols contre Patrick Poivre d'Arvor. L'ancien présentateur du JT a été entendu en audition mardi 18 mai par les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). À cette occasion, ses avocats ont dévoilé des SMS entre Florence Porcel et une amie. Des échanges qu'il révèle aussi dans la plainte pour dénonciation calomnieuse qu'il a déposée contre son accusatrice.

Dans cette plainte d'une vingtaine de pages, que franceinfo a pu consulter, Patrick Poivre d'Arvor raconte les fantasmes obsessionnels nourris selon lui par Florence Porcel à son encontre. Il cite, pour l'étayer, une conversation écrite entre l'écrivaine et une amie à elle, une certaine Martine, avec qui elle échange des centaines de messages sur Facebook pendant la période des faits, entre 2004 et 2009. Des messages fournis ensuite à Patrick Poivre d'Arvor par cette dénommée Martine, visiblement pour l'aider à préparer sa défense après la plainte de Florence Porcel. 

"Je balancerais bien un post anonyme sur un forum"

Il y a d'abord beaucoup d'échanges où Florence Porcel affirme de façon très explicite son intention d'avoir des relations sexuelles avec PPDA. "Bien sûr que je me ferai belle... et bien sur toute nette épilée intégrale, écrit-elle quelques heures avant l'un de ses rendez vous avec le journaliste. Il le découvrira et je lui ferai oublier toutes les autres... J'ai hâte d'être demain soir... De le serrer dans mes bras et de le repousser quand je n'en voudrais plus." 

Il y a aussi des messages beaucoup plus crus. Le 15 avril 2009, elle écrit : "J’ai besoin d’un moment où lâcher prise et me faire complètement dominer. Reste à trouver le mec qui veuille bien assouvir mes envies. Je vois Patrick le 29, je vois Patrick le 29, je vois Patrick le 29… Du moins je l’espère… il le faut."

Une tentative de vengeance, selon la défense

Pour la défense de Patrick Poivre d'Arvor, Florence Porcel va encore plus loin, jusqu'à élaborer une "machination" pour lui porter préjudice. Selon la défense, PPDA n'a jamais eu de relations sexuelles avec Florence Porcel. D'après les arguments cités dans la plainte, la jeune femme aurait donc voulu se venger.

Les avocats de Patrick Poivre d'Arvor appuient cette théorie avec d'autres extraits de ces fameuses conversations, comme ces messages, par exemple, écrits par Florence Porcel en décembre 2008 : "Il y a vraiment des jours où je balancerais bien un post anonyme sur un forum disant que le roman parle de PPDA et d'appeler Closer avec une voix mystérieuse (...) Je me prépare psychologiquement à faire ce genre de choses avec l'aide de ma copine de fac qui y connaît un rayon en matière de buzz et de coup marketing."

"Je suis protégée, assez pour pouvoir me permettre de faire planer le doute et c'est le doute qui me fera de la pub. La vérité n'intéresse personne puisque seule la polémique fait vendre."

Florence Porcel

Echanges avec une amie dévoilée par les avocats de Patrick Poivre d'Arvor

Pour la défense de Patrick Poivre d'Arvor, ce stratagème marketing imaginé par Florence Porcel dès 2008 a été mis a exécution en 2021 au moment de la publication de son roman Pandorini. Un plan dont la dernière étape, toujours selon Patrick Poivre d'Arvor, était le dépôt d'une plainte contre lui.

Des messages "tronqués", répond Florence Porcel

Que répond Florence Porcel ? D'après son entourage, les arguments de la défense ne sont qu'une "construction basée sur des échanges de messages tronqués, dont certains étaient de l'ordre du fantasme et du second degré, et qui ne remettent pas en cause" les accusations contre PPDA.

Il faut aussi rappeler que les accusations de l'écrivaine ne sont pas un cas isolé. Plusieurs autres témoignages ont fait état d'un "système PPDA" abusif et tout puissant. Deux autres femmes ont également déposé plainte contre le journaliste, l'une pour viol, l'autre pour harcèlement sexuel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.