VIDEO. L'étrange hommage de Nicolas Sarkozy à Georges Clemenceau... lui aussi "battu à l'élection présidentielle"

L'ex-chef de l'Etat a souligné le "destin cruel" de l'ancien président du Conseil, battu à l'élection présidentielle de 1920.

FRANCE 2

A l'instar d'Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy s'est recueilli devant la statue de Georges Clemenceau, samedi 11 novembre, lors des commémorations de l'armistice qui a mis fin à la première guerre mondiale"Clemenceau a été un sacré ministre de l'Intérieur avant d'être un très grand président du Conseil", a-t-il déclaré sur France 2.

"L'ingratitude existe pour des hommes comme Clemenceau"

Interrogé sur le fait que "le Tigre" était classé à gauche à l'époque, Nicolas Sarkozy a présenté sa propre version du personnage : "Clemenceau c'est surtout un patriote. Et c'est un homme qui a montré, dans l'histoire de France, que la volonté pouvait soulever des montagnes, a estimé l'ancien chef de l'Etat. Et il s'est révélé notamment bien sûr en gagnant la première guerre mondiale."

Nicolas Sarkozy a ensuite glissé un commentaire qui semble faire écho à son histoire personnelle. "Le destin est cruel. Parce qu'un an après [l'armistice, Clemenceau] a été battu à l'élection présidentielle, a-t-il rappelé. Certes, ce n'était pas au suffrage universel. Mais on a oublié le nom de celui qui l'a battu. L'ingratitude ça existe... pour des hommes comme Clemenceau." Nicolas Sarkozy a été battu par François Hollande à l'élection présidentielle de 2012, alors qu'il était candidat à sa propre succession. Il a en outre été éliminé dès le premier tour de la primaire de la droite, en 2016. 

Nicolas Sarkozy au palais de l\'Elysée, à Paris, le 6 novembre 2017.
Nicolas Sarkozy au palais de l'Elysée, à Paris, le 6 novembre 2017. (REUTERS)