Philippe Pozzo di Borgo, qui a inspiré le film "Intouchables", témoigne contre l'euthanasie

Un rapport a été remis au président de la République par deux députés en préparation d'une loi sur la fin de vie.

Philippe Pozzo di Borgo lors d\'une conférence de presse à Berlin (Allemagne), le 4 décembre 2012.
Philippe Pozzo di Borgo lors d'une conférence de presse à Berlin (Allemagne), le 4 décembre 2012. (BRITTA PEDERSEN / DPA / AFP)

Alors que les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) ont remis au président de la République, vendredi 12 décembre, un rapport préparant l'élaboration d'une nouvelle loi sur la fin de vie, les opposants à l'euthanasie se font entendre. Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique depuis plus de vingt ans et dont l'histoire a inspiré le scénario du film Intouchables, livre, dans Le Parisien, un plaidoyer pour "aider à vivre, pas à mourir".

"Pour l'avoir vécu, le grand handicapé, souvent souffrant, peut connaître des périodes d'abattement, de découragement, de grande solitude", confesse Philippe Pozzo di Borgo, paralysé à la suite d'un accident. Mais pour lui, "la facilité serait de proposer [à la personne handicapée] une fin de vie qu'elle ne pourrait pas refuser dans sa situation de vulnérabilité."

La loi Leonetti a "fonctionné"

L'homme d'affaires estime que la loi Leonetti, qui régit aujourd'hui la fin de vie en France, "a fonctionné", si l'on exclut "quelques cas très extrêmes et surmédiatisés".

Philippe Pozzo di Borgo est le parrain d'un collectif anti-euthanasie, Soulager mais pas tuer. Formé fin novembre, il rassemble, selon Le Parisien, des handicapés, des acteurs des soins palliatifs, mais aussi l'Alliance Vita, un mouvement catholique qui s'était mobilisé contre le mariage pour tous.

S'il ne parle pas d'euthanasie, le rapport remis vendredi à François Hollande évoque pour la première fois la possibilité "d'une sédation profonde et terminale jusqu'au décès" pour certains malades incurables qui en feraient la demande.