DIRECT. Fin de vie : les défenseurs de l'euthanasie insatisfaits du rapport parlementaire

Le président de la République a présenté les conclusions d'un rapport parlementaire sur le sujet. Les défenseurs de l'euthanasie ne sont pas satisfaits. 

Ce qu'il faut savoir

Le débat sur la fin de vie relancé. Les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) ont rendu, vendredi 12 décembre, leur rapport sur l'amélioration de la fin de vie à François Hollande, qui s'est exprimé dans la foulée. Il a notamment annoncé que les directives anticipées seront désormais "contraignantes".

 Ce rapport doit servir de base à un nouveau projet de loi présenté l’an prochain à l’Assemblée nationale. 

 Parmi les propositions du rapport, les directives anticipées, qui permettent à chacun d'exprimer à l'avance son opposition à tout acharnement thérapeutique, seront désormais "contraignantes", ce qui n'est pas le cas actuellement. Le texte propose, pour la première fois, la possibilité "d'une sédation profonde et terminale jusqu'au décès" pour certains malades incurables qui en feraient la demande

Le texte ne convainc ni les opposants à l'euthanasie ni ses défenseurs. L'association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), figure de la lutte pour la légalisation de l'euthanasie en France, est déçue par le texte, et appelle à un rassemblement devant l'Assemblée nationale.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FIN_DE_VIE

23h49 :  Alors que le débat sur la fin de vie a été lancé aujourd'hui, avec la remise d'un rapport parlementaire à François Hollande, plusieurs pays européens ont déjà adopté des législations autorisant certaines formes d'assistance à la mort.

Il y a deux mois, Michel Philippin a ainsi décidé d'accompagner sa compagne dans son choix, en Suisse. France 2 est allé à sa rencontre.


(FRANCE 2)

19h13 :  Anti et pro-euthanasie critiquent les mesures présentées aujourd'hui par les députés Leonetti et Claeys, qui doivent servir de base à une proposition de loi en 2015. Seuls les professionnels des soins palliatifs semblent satisfaits. Nous vous présentons les différents points de discorde.

(VOISIN / PHANIE / AFP)

16h40 :  Même si le combat de Mr Pozzo di Borgo est respectable, nous ne sommes pas tous égaux devant la fin de vie. Je veux dire par là, il y a ceux qui ont les moyens et ceux qui ne l'ont pas de mourir sans douleur. Je suis contre l'euthanasie mais je revendique de mourir dignement. 

16h39 :  Cette loi remet le patient au coeur, elle va dans le bone sens.

16h39 :  Je suis pour une aide à mourir dans la dignité . Et que la loi ne donne lieu à aucune interprétation. Trop grave pour que ce ne soit pas clair.

16h39 :  A propos de la fin de vie, il convient d'être prudent. Chaque cas est singulier. Or légiférer en la matière, c'est être généraliste. Les abus et les interprétations erronées ne sont pas à écarter.

16h38 :  La législation sur la fin de vie est un sujet brûlant, très commenté sur francetv info. Petite sélection d'avis contraires.

16h18 :  Quant aux députés écologistes, tout en saluant des "avancées utiles" sur la fin de vie dans ces propositions remises à François Hollande, ils craignent que leur traduction dans la loi ne soit "édulcorée" et appellent à aller plus loin, notamment sur le "suicide assisté".

16h13 :  Le Parti radical de gauche déplore les conclusions "timorées" des députés Leonetti et Claeys sur la fin de vie, réclamant que le gouvernement "légalise clairement l'aide médicale à mourir, sous conditions strictes".

15h04 :  @Lilas : Non, les médecins ne sont pas les plus représentés à l'Assemblée nationale. Comme le montrait BFMTV en avril 2013, seuls 5% des députés sont médecins : 24 généralistes, 3 dentistes, 2 chirurgiens, 4 pharmaciens, 6 salariés du secteur médical, 2 sages-femmes, 2 vétérinaires et une assistante sociale, détaille L'Obs.

15h03 :  Est-il exact de dire que les médecins sont la profession la plus représentée, proportionnellement, à l'Assemblée nationale ? C'est l'explication la plus souvent avancée pour expliquer la frilosité politique sur la "fin de vie".

13h52 :  Sur ce point, Jean-Luc Romero, président de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité, s'appuie sur un sondage qui ne s'intéresse qu'aux personnes en état végétatif. 

13h47 :  L'Association pour le droit à mourir dans la dignité, qui demande la légalisation de l'euthanasie, va bientôt s'exprimer sur les annonces de François Hollande, à la suite de la remise du rapport de deux parlementaires sur le sujet. Notre journaliste Ilan Caro est à la conférence de presse.

11h56 :  Alors que les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) ont remis au président de la République un rapport préparant l'élaboration d'une nouvelle loi sur la fin de vie, les opposants à l'euthanasie se font entendre.

Le tétraplégique Philippe Pozzo di Borgo, dont l'histoire a inspiré le scénario du film Intouchables, livre un plaidoyer pour "aider à vivre, pas à mourir". Retrouvez ses déclarations dans notre article.

11h40 : "La démarche vient désormais du patient", a affirmé François Hollande lors de son allocution après la remise du rapport sur la fin de vie. 

10h59 : La sédation est "un traitement conduisant à une altération profonde et continue de la vigilance jusqu'au décès, associé à l'arrêt des dispositifs de maintien en vie", a déclaré François Hollande. Dans quels cas le patient pourra-t-il y avoir recours ? Il a listé les différentes situations pour éviter de prolonger inutilement sa vie :

• Si le pronostic vital est engagé ;

• Si le patient veut arrêter tout traitement ;

• Si la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté : le médecin aura l'obligation de suspendre le traitement, "parce qu'il n'aurait comme seul effet que le maintien artificiel de la vie" ;

• Si une personne bien portante ou déjà malade a écrit des directives en ce sens, elles s'imposeront au médecin. Ces directives seront contraignantes, a annoncé le chef de l'Etat.

10h38 : es directives anticipées, qui permettent de donner des consignes sur la manière dont on veut mourir, seront contraignantes, annonce François Hollande. Il faudra les rédiger selon un décret, précise-t-il.

10h35 : "La démarche viendra désormais du patient."

François Hollande annonce qu'il veut instaurer "un droit nouveau à mourir". Il annonce la tenue d'un débat parlementaire dès janvier pour l'examen d'une nouvelle loi.

10h30 : Le président de la République s’exprime après la remise de ce rapport sur la fin de vie par deux députés. Vous pouvez suivre en direct et en vidéo sur notre site.

10h28 : Dans leur rapport, les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) proposent d'instaurer le "droit à une sédation profonde et continue".

07h59 : "Il est temps d'entendre la parole des patients."

Invitée de France Info, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, estime que le rapport sur la fin de vie qui sera remis à 10 heures à François Hollande va dans le bon sens.

07h05 : Voici maintenant la revue de presse. La Croix consacre sa une au rapport sur la fin de vie qui sera remis à 10 heures à François Hollande par Jean Leonetti, député des Alpes-Maritimes, et Alain Claeys, député de la Vienne.