Réforme du collège : ce que prévoit le plan de Najat Vallaud-Belkacem

Ce projet, qui sera présenté mercredi en Conseil des ministres, envisage notamment la généralisation de l’apprentissage d’une deuxième langue vivante dès la cinquième.

Un cours dans une salle d\'un collège de Belfort. (Photo d\'illustration) 
Un cours dans une salle d'un collège de Belfort. (Photo d'illustration)  (MAXPPP)

Najat Vallaud-Belkacem lance le chantier de la réforme du collège. Le projet, qui concerne 3,2 millions de collégiens, sera présenté, mercredi 11 mars en conseil des ministres.

Il doit permettre d'introduire davantage d'interdisciplinarité, c'est-à-dire de travail concerté entre professeurs de plusieurs matières, selon la ministre de l'Education nationale. La réforme du collège doit entrer en vigueur à la rentrée 2016, en même temps que les nouveaux programmes scolaires et le socle commun rénové, qui définira ce que tout élève doit avoir acquis à 16 ans. Voici ce que l'on sait de cette réforme, qui doit être discutée avec la communauté éducative pendant un mois.

Une deuxième langue vivante dès la cinquième

Au lieu d'apprendre leur deuxième langue vivante à partir de la quatrième, les élèves commenceront dès la cinquième à partir de la rentrée 2016, selon BFMTV. A raison de deux heures par semaine. Le Figaro précise que ces heures de cours supplémentaires seront financées avec les 4 000 postes créés par la loi sur l'école portée en 2013 par Vincent Peillon. Ils étaient initialement destinés à des temps d'accompagnement permettant aux élèves en difficulté de progresser à leur rythme. 

Le but, pour les élèves, sera de maîtriser les deux langues choisies à la sortie du collège. Selon Le Figaro, le ministère de l'Education nationale souhaite également limiter les contournements de la carte scolaire. "Beaucoup de parents inscriv[ent] leur enfant en classe 'européenne' ou 'bilangue' pour accéder, grâce à l'apprentissage des langues au collège, à un meilleur établissement ou à une classe plus élitiste", explique le quotidien.

Des projets interdisciplinaires

Sur les 25 heures hebdomadaires de cours pour les collégiens, quatre pourraient être consacrées à des "enseignements complémentaires", avec des projets interdisciplinaires. Six à huit thématiques seront définies par le ministère de l'Education nationale. Parcours citoyen, développement durable, numérique... 

Par exemple, dans un "parcours citoyen" après l'attentat à Charlie Hebdo, "on peut imaginer que les professeurs de français, d'arts plastiques et d'éducation musicale travaillent ensemble", sur la déclaration des droits de l'homme, les représentations de Marianne dans l'art et la caricature ou encore la Marseillaise, suggère le secrétaire général du syndicat SE-Unsa, auprès de l'AFP.

Selon Le Figaro, 20% du temps scolaire des collégiens devrait être consacré aux travaux de groupe, contre 10% actuellement.