Bac 2019 : "On a réussi à éviter que tout un pays soit troublé", estime Jean-Michel Blanquer

Dans une interview au "Parisien", le ministre de l'Education nationale passe "en revue les dégâts d'une crise sans précédent", perturbée notamment par une grève des correcteurs.

Le ministre de l\'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à Paris, le 24 mai 2019.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à Paris, le 24 mai 2019. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)

Au tour de Jean-Michel Blanquer de mettre une note à l'épreuve du baccalauréat 2019. Et selon le ministre de l'Education nationale, elle est plutôt bonne. Dans une interview au Parisien, jeudi 11 juillet, il passe "en revue les dégâts d'une crise sans précédent" pour la célèbre épreuve, perturbée par des grèves de surveillance, de correcteurs, mais aussi par des fuites. Dans le détail, il estime "qu'il y a eu moins de 100 centres d'examens perturbés, sur 1 500, et 30 plus sévèrement que d'autres". Il pense, malgré tout, avoir "réussi à éviter que tout un pays soit troublé"

On a atténué autant que possible les difficultés créées par quelques-uns.Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Educationau "Parisien"

La question des sanctions ne se pose pas encore, dit-il. "Les choses se feront à froid, selon les procédures prévues, au cas par cas et rectorat par rectorat, explique le ministre. Il y aura des critères établis par la commission des affaires juridiques."

Avant d'ajouter : "Nous allons en effet tirer les conséquences de ce qui s'est passé et faire évoluer les modalités d'organisation pour se prémunir" à l'avenir. Le ministre se dit malgré tout "serein" et déterminé à mener à terme sa réforme du lycée, tout en étant "prêt à des consultations approfondies".