Redoublement : un retour qui fait polémique

Le redoublement pourrait faire bientôt son grand retour à l'école. Le ministre de l'Education nationale y voit un moyen de lutter contre l'échec scolaire. Une prise de position contestée.

FRANCE 2

C'est le verdict du conseil de classe en fin d'année : le passage dans la classe supérieure ou le redoublement. Dans une interview, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer veut le remettre au goût du jour. "Il n'est pas normal d'interdire le redoublement. Il y a quelque chose d'absurde à laisser passer de classe en classe des élèves accumulant des retards", confie-t-il. En réalité, le redoublement n'est pas interdit. Mais depuis 2014, il est surtout préconisé dans deux cas précis : une interruption de scolarité ou une opposition des parents à l'orientation proposée par le conseil de classe en 3ème et en 2nde.

Baisse des redoublements depuis 8 ans

Pour la principale fédération de parents d'élèves (FCPE), le redoublement coûte cher et il est inefficace. Pour le syndicat enseignant majoritaire SNES-FSU, cette mesure doit permettre de donner plus de poids à l'expertise du conseil de classe. En France, la tendance du redoublement est à la baisse. 22% des élèves de 15 ans ont déjà redoublé, 16% de moins qu'il y a huit ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nouveau ministre de l\'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, visite l\'école primaire Albert-Camus de Creil (Oise), le 23 mai 2017.
Le nouveau ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, visite l'école primaire Albert-Camus de Creil (Oise), le 23 mai 2017. (MAXPPP)