Éducation : pour plus de mixité à l'école, le département de Seine-Saint-Denis souhaite fusionner son académie avec celle de Paris

C'est un projet du département de Seine-Saint-Denis, fusionner son académie avec celle de Paris. L'objectif des élus est de favoriser la mixité sociale et rendre les établissements du département plus attractifs.
Article rédigé par France Info, Noémie Bonnin
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France métropolitaine demande à être fusionné à l'académie de Paris. Photo d'illustration (ANTOINE BOUREAU / HANS LUCAS)

Pour améliorer la mixité à l'école, la Seine-Saint-Denis fait une proposition originale. Le département le plus pauvre de France métropolitaine demande à être fusionné à l'académie de Paris, l'un des territoires les plus riches. L'idée émerge alors que le ministre de l'Éducation nationale a promis un plan pour améliorer la mixité dans les établissements scolaires, pour les prochaines semaines. Un plan déjà retardé à plusieurs reprises. 

L'objectif des élus de Seine-Saint-Denis est de mieux répartir les moyens. Ce serait un "big bang administratif", selon le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, qui s'appuie sur les projets actuels, comme les Jeux olympiques ou le Grand Paris express, qui lient déjà son département à la capitale. Rejoindre l'académie de Paris, permettrait de mutualiser les moyens, et d'avoir par exemple plus de classes à horaires aménagés, de sections internationales, de classes préparatoires, ou encore des effectifs plus réduits.

Garder les élèves et attirer les professeurs

Cela rendrait les établissements scolaires de Seine-Saint-Denis plus attractifs, veut croire Stéphane Troussel. "On sait par exemple qu'à chaque fois qu'il y a une section internationale dans un établissement, indique le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, l'année suivante, l'indice de positionnement social de l'établissement progresse parce que c'est souvent un élément déterminant pour décider une famille à maintenir son enfant dans l'établissement du quartier". L'idée est d'éviter les stratégies d'évitement des familles de Seine-Saint-Denis qui se tournent parfois vers le privé ou vers les établissements de Paris.

Selon l'élu, fusionner avec l'académie de Paris permettrait aussi d'attirer les professeurs. Aujourd'hui il peut y avoir quatre fois plus d'enseignants agrégés dans un collège de la capitale que dans un autre de Seine-Saint-Denis. Le ministère de l'Éducation national répond qu'il n'y a pas de consensus à ce stade et que cette intégration relève d’un processus administratif lourd et lent. Mais les discussions se poursuivent, d'autres mesures sont à l'étude.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.